Dialogue social : Le ministère de tutelle dresse son bilan 2015-2016

Dialogue social : Le ministère de tutelle dresse son bilan 2015-2016

8ème session du Conseil des négociations collectives

Un net recul des grèves a été enregistré au titre de l’année 2016 grâce aux négociations collectives. C’est ce qui ressort du bilan dévoilé mardi par le ministère de l’emploi et des affaires sociales au cours de la 8ème session du Conseil des négociations collectives. En effet, le ministère a relevé un recul de -17,74% des grèves par rapport à l’année 2015 en milieu professionnel. Toutefois, le taux de participation à ces mouvements sociaux a connu une augmentation palpable de 57,34% en 2016 contre 36,73% en 2015. Par répartition sectorielle, le ministère a révélé que les grèves enregistrées sont en baisse à l’exception du secteur des services et du secteur du commerce. Sur le plan régional, seules la région de Rabat-Salé-Kénitra et celle de Beni Mellal-Khénifra ont connu une évolution du nombre de grèves en 2016 comparé à l’année 2015. Concernant les grèves évitées par le moyen des négociations collectives, le ministère a enregistré 1.574 grèves évitées en 2016 contre 1.310 grèves évitées en 2015, soit une hausse de 20,15%.

Ces grèves ont été résolues suite à l’application de 125.936 mesures en 2016 contre 121.077 en 2015. Quant aux protocoles conclus dans le cadre des négociations collectives, le ministère a souligné que 582 conventions-protocoles ont été conclues durant l’année 2016. Dans ce sens, la région de Rabat-Salé-Kénitra se taille la part du lion avec 150 conventions signées, suivie de celle de Casablanca-Settat (120). A cet égard, le ministère a soulevé qu’environ 61,86% des conventions signées concernent trois régions, à savoir la région de Rabat-Salé-Kénitra, la région de Casablanca-Settat et la région de Fès-Meknès et seul le tiers (38,14%) des protocoles et conventions signés relève des neuf régions restantes. Par ailleurs, les entreprises de moins de 100 employés sont celles qui ont conclu 80% des conventions des négociations collectives en 2016 contre 2,92% pour les entreprises dont le nombre total des salariés est supérieur à 500 employés.

Au niveau de l’activité économique, le secteur des services est en tête avec 28% des conventions conclues dans le cadre des négociations collectives, suivi du secteur de l’agriculture (26%) et du secteur de l’industrie (25%). Quant à l’appartenance syndicale, les statistiques du ministère ont révélé que 30% des signataires des protocoles et conventions n’appartiennent à aucun syndicat. S’agissant de l’objet des conventions, les chiffres du ministère ont révélé que le paiement des salaires est la principale revendication de ces mouvements sociaux. Durant cette session, Abdeslam Seddiki, ministre de l’emploi et des affaires sociales, a souligné que les négociations collectives contribuent à réduire les disparités sociales et favorisent la cohésion sociale. «C’est un moyen efficace pour atteindre le développement économique et social durable». Et d’ajouter : «Malgré les avancées du Maroc en termes de dialogue social et le dispositif juridique important dans ce domaine, nous n’avons pas encore atteint les aspirations de tous les acteurs concernés sur le plan de la pratique».

Cette 8ème session du Conseil des négociations collectives s’est soldée par la présentation et l’évaluation des efforts déployés par les partenaires sociaux en matière de promotion de la négociation collective au titre de la période 2015-2016. Le conseil a également procédé à la présentation du projet relatif au Programme national de la promotion de la négociation collective et d’encouragement des conventions collectives du travail et la présentation du bilan et des perspectives du programme de coopération avec le Bureau international du travail en matière de promotion du dialogue social dans le secteur agricole.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *