Diplomatie parlementaire

Diplomatie parlementaire

La diplomatie parlementaire est l’une des missions les plus importantes dévolues aux représentants du peuple. C’est à ce titre que Milouda Hazeb, députée du Parti National Démocrate (PND) à la Chambre des Représentants s’est rendue du 12 au 16 septembre dernier à New York, pour participer aux travaux de la session annuelle de l’association internationale « Parlementaires pour une action mondiale » dont elle est membre. Les Parlementaires pour une action mondiale est une association regroupant plus de 1350 législateurs d’une centaine de pays. Elle vise à mieux faire comprendre des enjeux mondiaux comme la paix et la démocratie, le développement durable, le droit international et les droits de la personne. La rencontre de New York avait comme principal point à l’ordre du jour, l’ouverture de la deuxième session de l’assemblée consultative des parlementaires pour la Cour pénale internationale. Cette session a eu lieu au siège de l’ONU à New York les 12 et 13 septembre 2003. A cette occasion, Milouda Hazeb s’est prononcé devant l’assemblée des parlementaires. La députée marocaine a mis en exergue « le rôle et l’action du Parlement marocain dans la consécration des idéaux de la démocratie et des principes des droits humains ». En effet, l’entrée en vigueur du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, le 1er juillet 2002, s’est traduite par la création du premier tribunal international permanent ayant compétence pour juger les génocides, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre. À ce jour, plus de 80 pays ont ratifié le Statut de Rome. Le Maroc est l’un de ces pays. Pendant la conférence, les parlementaires ont discuté des mesures à prendre pour amener d’autres pays à en faire autant et à le mettre en oeuvre, et pour assurer le bon fonctionnement de la CPI. Milouda Hazeb a, par ailleurs, rappelé que le Parlement marocain a adopté une réforme du code pénale incluant des amendements relatifs à la lutte contre le terrorisme. L’assemblée consultative près de la Cour pénale internationale a rendu publique, par la suite, une déclaration finale, dite « déclaration de New York » qui affirme en substance le plan d’action d’Ottawa. Il s’agit de la première session de l’assemblée qui s’est tenue au Canada du 4 au 6 novembre 2002. La rencontre de New York a été également l’occasion de commémorer le 25ème anniversaire de l’association « Parlementaires pour une action mondiale ». Cette commémoration a eu lieu, le 16 septembre, au siège du Capitole (Parlement américain) où des prix récompensant les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme ont été remis à plusieurs parlementaires. Qu’il s’agisse de la vague de conflits de nature civile qui ont marqué les années 1990 ou de la dangereuse montée du terrorisme que nous connaissons aujourd’hui, nous vivons dans une période où la protection des gens ordinaires est devenue une des priorités des nations-États et de la communauté internationale. C’est pourquoi les parlementaires du monde entier se concentrent de plus en plus sur la nécessité de faire respecter la justice et de protéger les personnes lorsque les États n’ont ni la capacité ni la volonté de le faire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *