Don de sang, don de tous les jours…

Don de sang, don de tous les jours…

Des millions de vies sont sauvées grâce à un simple geste

Si les chiffres sont rassurants, sur le terrain la réalité ne semble guère l’être. Tous les jours, des appels aux dons sont publiés dans les réseaux sociaux pour sensibiliser les internautes mais surtout recruter de nouveaux donneurs.

Le sang est indispensable pour le bon fonctionnement du corps humain. Il fait aussi partie intégrante des soins médicaux. Tous les jours, le sang est utilisé pour sauver la vie des personnes accidentées, mais aussi de celles souffrant de maladies chroniques comme la leucémie ou les cancers. Il est aussi indispensable pour la prévention des hémorragies lors des interventions chirurgicales. Quotidiennement, le besoin de poches de sang utilisées pour maintenir en vie les personnes malades augmente.

Heureusement, le Maroc affiche une progression en matière de don de sang comme l’affirme Mohamed Benajiba, directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie. «En 2012, nous avons enregistré 8.000 donneurs contre 13.000 en 2016. C’est une augmentation très significative. Nous avons même dépassé l’objectif que nous avons fixé. Le deuxième indicateur important c’est celui des donneurs volontaires. C’est vrai qu’en 2016 nous avons prévu 100% de volontaires, mais on n’a pas atteint cet objectif. Aujourd’hui, on est à 93% mais on estime que c’est déjà pas mal puisqu’on est passé de 56% en 2012 à 93% en 2016». Si les chiffres sont rassurants, sur le terrain la réalité ne semble guère l’être. Tous les jours, des appels aux dons sont publiés dans les réseaux sociaux pour sensibiliser les internautes mais surtout recruter de nouveaux donneurs comme l’explique Firdaws qui a lancé dernièrement un appel au don sur Facebook : «Mon mari est atteint de leucémie et il a très souvent besoin de plaquettes. Étant en contact permanent avec les patients du service d’hématologie, j’ai remarqué un besoin énorme de sang et des plaquettes. Il faut savoir qu’il existe un seul centre qui fournit tous les hôpitaux et les cliniques de Casablanca».

Et d’ajouter : «Pour pouvoir acheter une poche de sang, on doit absolument demander à un proche de donner son sang, ce chantage est juste aberrant. Nombreuses sont les personnes qui se demandent pourquoi donner du sang gratuitement alors que les malades doivent l’acheter et payer très cher. La poche de sang varie entre 300 et 3.000 DH selon le groupe sanguin et selon la pathologie. Il est vrai que l’Etat s’occupe des analyses et du traitement du sang mais le prix de la poche reste tout de même cher».

Entre l’enclume du coût élevé et le marteau de la pénurie

À part le coût élevé des poches de sang, les familles de malades souffrent aussi de la lourdeur du processus et la pénurie du sang dans certains centres, se lamente Khalid. «Ma fille souffre d’une maladie rare et a souvent besoin de sang. On se réveille très tôt pour arriver à Casablanca, et nombreuses sont les fois où on ne trouve pas de sang. Pire encore, certains employés du centre nous traitent comme des moins que rien. C’est à se demander ce que représente la vie d’un être humain pour ces gens-là. C’est à cela que je prie les lecteurs de se mobiliser et de donner leur sang pour empêcher la vie de ma fille et des milliers d’enfants de s’éteindre».

Firdaws se joint à Khalid pour sensibiliser les personnes au don de sang étant donné que dans le service d’hématologie, ils ont un grand besoin de sang. «Je dirais même, précise Firdaws, que c’est un besoin vital. Parfois la vie est mise en jeu parce que les plaquettes peuvent chuter à 10 ou à 20 et le patient peut faire une crise cardiaque, un AVC ou une hémorragie. Je crois qu’il y a un manque de sensibilisation concernant le don de sang. J’ai rencontré des personnes qui ont toujours peur de choper des maladies dans les centres de transfusion. Je tiens à les rassurer, j’ai moi-même fait des dons de sang avec plusieurs amies et membres de la famille. Les conditions d’hygiène sont très respectées et les personnels sont professionnels». Et personnellement, et présentement ce qu’elle a de plus cher c’est son sang. Et Firdaws est toujours prête à en faire don. «Quoi de plus beau que de faire don d’une partie de soi…À tous ceux qui veulent comme moi voir le sourire se dessiner sur les lèvres d’un malade en besoin d’une poche de sang, vous savez ce qu’il vous reste à faire», lance-t-elle en guise de message…

PAR : Khaoula Benhaddou

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *