Dossier : Cadrage : Le risque de la confrontation

Dossier : Cadrage : Le risque de la confrontation

Une polémique oppose, depuis quelques jours, le quotidien arabophone Attajdid, la deuxième chaîne de télévision 2M et l’Organisation marocaine de lutte contre la haine et le racisme.
Le sujet de la discorde tourne autour de la publication par le quotidien du Mouvement unité et réforme (MUR) et porte-parole officieux du Parti de la Justice et du Développement (PJD) d’un article dont l’auteur avait fait une lecture particulière de la catastrophe naturelle qui a frappé le sud-est asiatique.
L’auteur de l’article estimait que le tremblement de terre et le raz-de-marée qui s’en est suivi et qui ont frappé les pays de la région étaient une sorte de châtiment divin. Rappelant que la région est connue pour le tourisme sexuel orienté notamment vers la pédophilie, le journal arabophone fidèle à sa ligne éditoriale à vocation islamiste s’est dit convaincu que ce qui s’est passé n’était que la manifestation de la colère de Dieu. Pour le journal, cette catastrophe serait similaire à ce qui est narré dans les livres divins à savoir le Coran et la Bible sur la malédiction qui avait frappé Sodome et Gomorrhe et d’autres cas qui sont cités par les textes saints.
Réagissant à cet article, l’Organisation marocaine de lutte contre la haine et le racisme a tenu à exprimer dans un communiqué son indignation face à cette sortie médiatique qu’elle a qualifiée d’atteinte à l’humanité tout entière.
« Prétendre que cette catastrophe est une réponse divine au tourisme sexuel est une atteinte non seulement aux populations victimes, mais aussi à tout être humain », disait le communiqué de l’OMLRH. Les responsables de cette organisation estiment aussi que l’avertissement donné par le quotidien Attajdid aux Marocains sous-entend « jeter l’anathème sur l’ensemble de la société marocaine et ses choix d’ouverture ». De son côté, la deuxième chaîne a consacré un reportage à ce sujet dans le journal télévisé, mardi dernier, que la rédaction d’Attajdid accuse de partialité. Dans un communiqué rendu public, mercredi, la rédaction d’Attajdid a rappelé que « de par son caractère public, 2M appartient à tous les Marocains, doit être objective dans son traitement de l’information et ne doit, en aucun cas, exprimer ouvertement son point de vue ou s’aligner sur telle ou telle position ».
Ainsi, on assiste à la naissance d’une nouvelle polémique qui tourne autour d’un débat qui est d’actualité dans la société marocaine qui vit une période de changement où il est normal que modernistes et conservateurs s’affrontent. Mais, il faut avouer que le ton utilisé de part et d’autre dépasse parfois le langage du débat intellectuel pour tomber dans l’agression verbale. Ce qui suppose des risques très graves puisqu’il pourrait conduire notre société vers la confrontation et la division au sein du peuple marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *