Dossier : Cadrage : Une grande perte

Il était incontestablement l’un des plus grands amis du Maroc. Depuis son accession à la présidence des Emirats arabes unis, feu Cheikh Zayed Ben Sultan Al Nahyane avait donné aux relations maroco-émiraties une dimension qui va au-delà de l’aspect diplomatique traditionnel pour se placer dans un cadre d’amitié et de fraternité exceptionnelles.
Avec feu Hassan II puis avec son successeur SM le Roi Mohammed VI, il a entretenu des relations excellentes, et son amour pour le Maroc a fait que le Royaume était pour lui une deuxième patrie. Avec son décès, le Maroc perd donc un grand ami. Un ami qui n’hésitait jamais à apporter son soutien à sa seconde patrie. Juste quelques semaines avant sa disparition, le défunt avait apporté tout son soutien au grand projet du complexe portuaire Tanger-Méditerranée via la coopération avec l’opérateur émirati des zones franches, « Jbel Ali free zone international » de Dubaï.
Dans un message de remerciements que SM le Roi Mohammed VI avait alors adressé au défunt, le Souverain avait mis en exergue l’excellence des relations entre le Royaume et les émirats arabes unis et avait tenu à mettre en valeur le soutien généreux de feu Cheikh Zayed au Maroc. « Nous saisissons l’opportunité de la signature de l’accord de partenariat prometteur qui permettra à l’agence spéciale Tanger-Meditérranée de tirer profit de la large expérience de l’opérateur émirati des zones franches « Jbel Ali free zone international » à l’Emirat de Dubaï, pour vous réitérer nos vifs remerciements et Notre profonde gratitude pour le soutien généreux que Votre Altesse a apporté à l’important projet de Tanger-Meditérannée», a dit le Souverain dans son message de remerciements. Mais le décès de feu Cheikh Zayed est aussi une grande perte pour le monde arabe et les pays musulmans. Ces derniers perdent l’un des plus grands soutiens aux causes arabo-musulmanes.
Ses positions en faveur du droit du peuple palestinien à accéder à un Etat indépendant étaient inébranlables.
Sur la scène politique internationale, il a toujours défendu la cause palestinienne avec une constance inégale dans la région du Golfe. Ce soutien politique allait de pair avec une aide économique et financière régulière au peuple palestinien. Durant les dernières années, il avait pris en charge la reconstruction des maisons palestiniennes détruites par l’armée israélienne dans les zones gérées par l’autorité palestinienne. Une autorité qu’il avait économiquement soutenue dès sa création et qu’il a continué à appuyer sans répit, depuis lors.
Aujourd’hui, avec sa mort, le monde perd l’une des figures qui ont marqué l’histoire du monde arabe. Un homme d’Etat qui a bâti l’un des pays les plus développés du Moyen-Orient. Un leader qui a su mettre son pays sur la voie de la modernité et de la prospérité économique et sociale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *