Dossier : Zarouf : «Il faut des moyens et des Hommes»

Dossier : Zarouf : «Il faut des moyens et des Hommes»

ALM : Pensez-vous que l’administration aurait intérêt à appliquer l’horaire continu toute l’année ?
Ahmed Zarouf : Lorsqu’on souhaite appliquer convenablement une décision, quelle que soit sa nature, il faut lui préparer le terrain sur le plan matériel et intellectuel. C’est un préalable essentiel. j’entends pas cela qu’il ne faut pas considérer l’horaire continu comme l’horaire de Ramadan, où sous prétexte de jeûn, certains fonctionnaires cessent totalement de fournir des efforts dans leurs tâches. En clair, l’horaire continu ne signifie nullement un travail à mi-temps.
Qu’est-ce que vous entendez par « préparer le terrain » avant l’instauration de l’horaire continu ?
Sur le plan purement financier, l’Administration doit mettre à la disposition de ses fonctionnaires, par exemple, une cantine. C’est le cas de l’administration des Douanes. Pourquoi ne pas prendre exemple sur elle? Avec une cantine au sein du lieu de travail, les employés peuvent bénéficier d’une pause d’une demi-heure pour manger à midi. Cette demi-heure n’étant, évidemment pas, comptabilisée dans le temps du travail.
Pensez-vous que l’Etat marocain possède les moyens nécessaires pour prévoir dans toutes les administrations une cantine ?
C’est toute la question de l’instauration de l’horaire continu pendant toute l’année. Il faut que l’Etat sache s’il est capable de mettre les moyens financiers nécessaires.
Mais, personnellement, je pense que c’est tout à fait réalisable. En outre, l’Administration impose à toutes les sociétés privées de disposer d’une cantine. Pourquoi ne commence-t-elle pas, elle-même, à l’appliquer. «Charité bien ordonnée commence par soi-même».
Qu’en est-il des moyens intellectuels dont vous avez parlé ?
Il s’agit essentiellement de faire comprendre aux fonctionnaires que, justement, l’horaire continu n’est pas un travail à mi-temps. Pour cela, il faut instaurer des mesures de discipline capables de contrecarrer tout type de dérapage comme l’arrivée au travail trop tard et le départ trop tôt. Sur ce point, les responsables chargés d’appliquer ces mesures doivent donner l’exemple en étant assidu et sérieux.
Quels sont les avantages, dans l’application de l’horaire continu?
Les avantages sont nombreux, encore faut-il éviter les dérapages dont je viens de parler. Le premier avantage qui me vient à l’esprit concerne l’adéquation de nos horaires de travail avec ceux des pays européens. Des pays avec lesquels nous avons des liens économiques, diplomatiques, etc.
Autre avantage: celui des embouteillages de la circulation. Actuellement, il y a quatre périodes noires par jour, mais grâce à l’horaire continu on réussira à les réduire de moitié. Ce qui n’est pas du tout négligeable. D’ailleurs, nous réaliserons, par ricochet, d’importantes économies d’énergie et de nettes réductions de la pollution atmosphérique causée par les voitures à l’arrêt avec moteur en marche.
Pensez-vous que les administrations vont-elles réaliser des économies dans les factures d’électricité et du téléphone ?
Pour ce qui est du fléau des factures du téléphone, je soupçonne fort que l’horaire continu puisse réellement apporter un quelconque remède.
Heureusement que l’Administration a fourni des efforts en terme de restriction des appels sortants, essentiellement vers les mobiles et l’international. Cela a permis de réduire de moitié environ les factures du téléphone.
En revanche, pour ce qui est des factures d’électricité, l’horaire continu peut jouer un rôle efficace, en terme de réduction.
Est-il possible que les Marocains cessent de considérer le repas de midi comme un rituel incontournable ?
Sincèrement, je pense que les Marocains sont capables de s’adapter à toutes les situations, surtout quand la mesure est généralisée. En fait, l’essentiel est de ne pas toucher leurs convictions profondes. Tout le reste peut faire l’objet d’adaptation.
Quels sont les avantages d’ordre social dans l’instauration de l’horaire continu ?
Je pense que parmi les mesures d’accompagnement, la formation continue doit s’inscrire au premier plan. Il faut que les fonctionnaires, à la sortie du travail, puissent avoir la possibilité de suivre des cours de langues, d’informatique ou de bureautique. Le temps libre peut servir à passer davantage de temps avec sa famille, ou à faire du sport.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *