D’où viennent les risques ?

Classés en deux catégories distinctes, les 17 points sensibles sont soit ceux où les débordements sont « quasi certains » en cas de fortes pluies, soit ceux où les débordements sont « possibles » lors de fortes précipitations. Dans la première catégorie figurent, outre l’Oued Bouskoura, la Place des Nations Unies, le boulevard Houphouë Boigny, le boulevard des Almohades, la gare Casa-port et le Centre 2000 où les débordements sont dus à l’insuffisance d’absorption des eaux de pluies du collecteur «Delure » situé dans le secteur. Pour résoudre le problème, il est nécessaire de reprendre un des déversoirs d’orage existant à l’intérieur du port et de rouvrir ceux qui sont obstrués. Dans cette première catégorie aussi, six autres points présentent des risques de débordements dus à différentes causes notamment l’absence d’un réseau complet en amont, l’insuffisance de la collecte des eaux pluviales en aval et la présence de nombreux déchets solides perturbant le fonctionnement normal des avaloirs. Nombre d’actions sont entreprises en prévisions des premières pluies. Celles-ci seront accompagnées, dès le mois de ramadan, par une vaste campagne de sensibilisation du grand public.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *