Double langage de Madrid

Le gouvernement de Madrid adopte un double langage. Au Parlement, il défend le plan de règlement de l’ONU dans le conflit artificiel du Sahara marocain. Dans la presse, certaines déclarations, via leur société civile, les responsables espagnols procèdent autrement. Ils développent des idées autour d’éventuelles voies alternatives au contentieux. Au Parlement, par exemple, d’après l’agence « EFE », qui cite le texte de la réponse à une question écrite d’une députée socialiste, le gouvernement de Madrid précise qu’il défend et continuera de défendre le plan de règlement de l’ONU, en vigueur depuis 1991. En parallèle, des sources diplomatiques espagnoles ont indiqué, d’après l’agence privée «Europa Press», que Madrid souhaite que les parties au conflit s’engagent à étudier des voies alternatives à la solution onusienne pour mettre un terme au conflit. Dans chaque tribune, les responsables espagnols adoptent un langage et des positions. Indubitablement, le citoyen espagnol finira par ne rien comprendre dans cette affaire. A chaque fois, il se trouve sur une fréquence dans le dossier du conflit artificiel du Sahara marocain. Dans cet état de choses, une question se pose. Comment les responsables espagnols, qui ne respectent même pas leur citoyen, pourraient gérer et maintenir des relations du bon voisinage avec le Maroc? Il faut dire que le comportement du voisin ibérique, notamment ses positions hostiles à l’intégrité territoriale marocaine, ne date pas d’aujourd’hui. Depuis le non-renouvellement de l’accord de pêche avec l’Union européenne, dont les Espagnols étaient les principaux bénéficiaires, le gouvernement de Madrid ne cesse de manoeuvrer dans tous les sens et de recourir à tous les moyens de nature à porter préjudice au Royaume et à ses institutions. Le tout est entrepris en vue d’infléchir la position marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *