Dr Hicham Abad : Soigner la toxicomanie coûte désormais moins cher

Dr Hicham Abad : Soigner la toxicomanie coûte désormais moins cher

ALM : Pourquoi un tel centre dans le Nord ?
Dr Hicham Abad :
La création de ce nouveau centre était nécessaire sachant que la région de Tanger-Tétouan compte un grand nombre de consommateurs de drogue. Celui-ci vient en renfort au Centre médico-psychologique Hassouna déjà présent dans la ville du détroit. Quant à l’accès au Centre, il n’y a pas de critères sélectifs. Toute personne ayant un comportement addict est la bienvenue.

Qu’en est-il de la prise en charge?
La prise en charge sera gratuite, ce qui constitue un soulagement pour les familles. Il faut savoir que les personnes addictes à la cocaïne et à l’héroïne pourront recevoir un substitut qui est la méthadone. Jugé coûteux auparavant (plus de 1.000 DH par mois) , le prix de ce traitement de substitution a été réduit de 50%. À présent, il faut compter 500 DH pour la prise en charge d’un toxicomane avec la méthadone. Il faut noter que ce traitement de substitution a débuté en 2010 dans trois sites pilotes (Tanger, Salé et Casablanca).

Et le personnel médical ?
Les consommateurs de drogues en difficulté pourront trouver de l’aide auprès des professionnels de la santé du Centre. Pour assurer la prise en charge de ces personnes, le Centre fonctionnera avec un psychiatre, un psychologue, un médecin généraliste formé en addictologie, une assistante sociale et une infirmière spécialisée en méthadone. La gestion du Centre relève directement du ministère de la santé (achat des médicaments, affectation des ressources humaines…).

Quel est l’état des lieux des centres d’addictologie au Maroc?
La Fondation a déjà créé 7 centres d’addictologie qui sont opérationnels à Casablanca, Rabat, Oujda, Nador, Marrakech et Tétouan. Le Centre d’addictologie de Fès est achevé et il sera inauguré très prochainement par le Souverain. Quatre autres sont programmés, à savoir celui de Meknès, Al-Hoceima, Chefchaouen et Agadir. Au total, 12 centres seront créés dans le cadre du programme national de lutte contre les conduites addictives doté d’une enveloppe budgétaire globale de plus de 60 MDH.

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *