Driss El Fahli : «il y a un manque de pilotes»

Driss El Fahli : «il y a un manque de pilotes»

ALM : L’école de la RAM vient de reprendre du service après sept ans de fermeture. Pourquoi ce retour ?
Driss El Fahli : C’est une réouverture qui se justifie parfaitement, vu le manque de pilotes, de manière générale, et vu l’évolution du secteur de l’aviation civile, que ce soit sur le plan national ou international, notamment avec l’Open Sky. Les besoins en pilotes se font ainsi ressentir avec insistance.

Combien comptez-vous former de pilotes par promotion ?
En matière de formation, l’école nationale des pilotes de ligne de la RAM recrute 25 élèves par promotion. Cette année, pourtant, et suite aux directives de Driss Benhima, nous avons doublé nos recrutements. Ainsi, 25 élèves ont été recrutés en juin 2006 et 25 autres l’ont été récemment. Ces derniers commenceront d’ailleurs leur formation incessamment. On se retrouve actuellement avec 50 futurs pilotes sur les bancs de l’école. La démarche se comprend parfaitement puisque le marché marocain doit faire face à l’ouverture des cieux.

Sur quelles bases effectuez-vous le recrutement de vos élèves ?
Ce sont les élèves ayant réussi le concours national commun et ceux issus des classes préparatoires «Math-Sup et Math-Spé» qui peuvent accéder à l’école nationale des pilotes de ligne de la RAM. La formation dure en tout et pour tout 36 mois. Une année est consacrée aux cours théoriques et les deux années suivantes sont consacrées à la partie pratique. A la suite de ces trois années, nous délivrons au pilote une licence qui lui permet de commencer à exercer. La licence que nous délivrons est valable aussi bien sur le plan national qu’international.

La formation a été payante pendant longtemps, mais ce n’est plus le cas. Quelle est la formule adoptée actuellement pour le financement de la formation des pilotes ?
C’est vrai qu’auparavant, la formation était payante. Elle coûtait 700.000 DH pour la partie théorique et pratique pour l’obtention de la licence de base. Cette formation de base était complétée par une année de qualification en ligne qui coûtait dans les 300.000 DH. Mais actuellement, et suite aux nouvelles directives de M. Benhima, la formation n’est plus payante. Elle est en fait prise en charge par les compagnies aériennes qui établissent des contrats d’embauche avec les futurs pilotes. Pour le cas du Maroc, se sont généralement les compagnies Atlas Blue et la RAM (Royal Air Maroc) qui prennent ainsi en charge les frais de formation des élèves.

Quelles sont les perspectives de carrière de vos lauréats, notamment en matière de salaires ?
En début de carrière, les pilotes perçoivent généralement un salaire brut qui commence à partir de 50.000 DH. Mais il faut dire que le métier de pilote est un métier évolutif. Et les salaires dépendent généralement de plusieurs facteurs, notamment la société où le pilote exerce, le nombre d’heures de vols, les destinations…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *