Droit des personnes atteintes du diabète: C’est toujours le statu quo !

Droit des personnes atteintes du diabète: C’est toujours le statu quo !

Le diabète est une maladie chronique en pleine expansion dans notre pays. La situation est particulièrement alarmante  avec une prévalence qui dépasse les 10%.

On estime qu’un million et demi de Marocains  souffrent du diabète. Faute de dépistage systématique, plus de 50% des diabétiques ignorent la maladie. Devant ce constat alarmant, la Ligue marocaine de lutte contre le diabète appelle les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs concernés à élaborer une politique urgente garantissant les droits des malades.

  Cet appel a été lancé lors d’une réunion d’information et de mobilisation pour la «Charte internationale des droits et responsabilités des personnes atteintes de diabète» qui s’est tenue le 28 février à Rabat. Cette Charte internationale constitue un document primordial pour défendre la cause des diabétiques dans le monde et au Maroc, en rappelant la gravité des complications liées à la pandémie du diabète.

Lors de cette rencontre, les participants ont mis en exergue le respect des droits énoncés dans la charte, à savoir le droit aux soins, le droit à l’information et à l’éducation, et le droit à la justice sociale. Parmi les autres recommandations de l’association, figure la nécessité d’adapter les dispositions de la Charte à la réalité et à la spécificité nationale. Par ailleurs, les personnes atteintes de diabète sont invitées à soumettre à la Ligue, avant le 30 avril  leurs témoignages relatant des expériences personnelles en matière de discrimination et de stigmatisation.

Ceux-ci seront soumis à l’appréciation de la FID (Fédération internationale du diabète) dans le cadre de la préparation d’un Storybook, lequel sera publié à l’occasion d’un événement majeur organisé par la FID aux Nations Unies à la fin de l’année 2014.

Un mémorandum de plaidoirie sera prochainement élaboré. Il sera  présenté lors du prochain Colloque national sur le diabète et la nutrition, qui aura lieu les 6 et 7 juin 2014 à Rabat. La Ligue annonce également la préparation d’un argumentaire destiné à l’IDF.

Le document en question relate les observations de la Ligue par rapport au caractère juridique de la Charte, avec proposition d’engager une plaidoirie pour «une Convention internationale des droits et responsabilités des personnes atteintes de diabète» et établi selon les normes internationales en la matière.   

Rappelons que le diabète constitue la première cause de mortalité par insuffisance rénale, de mortalité par maladie cardio-vasculaire, de cécité. La sensibilisation et l’éducation des personnes à risque dans le cadre d’une prise en charge organisée du diabète auront pour conséquence de réduire de façon significative la fréquence et la gravité de cette redoutable complication tant au niveau du coût engendré (multiples hospitalisations et soins) qu’au niveau du nombre et de l’importance des amputations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *