Droits de l’Homme : Le temps et la relance

Le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH) tient, les 13 et 14 mars à Rabat, une réunion, la première après la révision du Dahir relatif à cette institution et la nomination de ses nouveaux membres.
Cette réunion, qui correspond à la 17ème session ordinaire de cette instance, portera sur l’examen du règlement intérieur et son adoption, ainsi que sur la réorganisation de ses structures internes, précise le communiqué.
S.M. le Roi Mohammed VI avait procédé, le 10 décembre dernier à Rabat, à la nomination et l’installation de nouveaux membres du Conseil précité et du wali de Diwan Al Madhalim Dans le même ordre, plusieurs amendements et innovations ont été apportés au statut général du Conseil Outre la création du Prix Mohammed VI des droits de l’Homme, le nouveau texte régissant le CCDH accorde la qualité de «membres à titre consultatif» aux membres du gouvernement concernés par les droits de l’Homme et consacre une représentativité plus importante aux associations dans ce domaine. Ainsi, les membres du gouvernement concernés par les droits de l’Homme bénéficient de la qualité de membres à titre consultatif du CCDH.
Ils ont le droit de participer à ses réunions ainsi qu’aux groupes de travail ou aux commissions ad-hoc, mais sans prendre de position ni participer au vote. En outre, sa nouvelle version le dote d’une autonomie administrative et financière en ce qui concerne la gestion de son administration et son Budget, lequel est porté sur le budget de la Cour royale. De surcroît, c’est le règlement intérieur qui sera élaboré par le CCDH lui-même qui fixera les structures administratives et financières, les règles de gestion, l’exercice des attributions et les procédures de délibération, ce qui explique et justifie l’insertion de ce point à l’ordre du jour de la réunion des 13 et 14 mars. Cela dit, le nouveau statut général du CCDH maintient la représentation des principaux partis politiques et syndicats (9 membres) ainsi que la représentation des corps constitués concernés par les droits de l’Homme tels que les oulémas, les magistrats, les médecins, les Marocains Résidant à l’Etranger (6 membres). Mais, un point non moins important, le nouveau statut accorde une place importante à la représentation des associations actives dans le domaine des droits de l’Homme (14 membres).
Aux 29 sièges précités, s’ajoutent 14 autres consacrées à des personnalités désignées par Sa Majesté le Roi, outre le fait que le siège revient de plein droit au Wali Al Madhalim.
Enfin, les nouveaux membres du CCDH sont choisis en fonction de critères précis pour leur impartialité, leur probité morale, leur compétence intellectuelle, leur attachement sincère aux droit de l’Homme et leur apport méritoire à la cause des droits de l’Homme.
D’ailleurs la signification des nominations de Omar Azziman, en tant que président de cette institution et de Driss Benzekri, au poste de secrétaire général, n’échappe à aucun observateur averti. Le premier était jusqu’à une date récente ministre de la Justice, le second est ancien détenu d’opinion, outre le fait qu’il est ex-secrétaire général du Forum Justice et Vérité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *