Droits de l’Homme : Plus de 500 fonctionnaires de la sûreté nationale formés

Droits de l’Homme : Plus de 500 fonctionnaires de la sûreté nationale formés

Ce programme vient pour asseoir une police moderne, hautement qualifiée, ouverte sur son environnement, et fortement imprégnée des valeurs et principes des droits de l’Homme.

Une cérémonie marquant la clôture du programme «Sécurité et droits de l’Homme» a été organisée samedi dernier à Laâyoune.

Lancé depuis deux ans dans les provinces du Sud, le programme «Sécurité et droits de l’Homme» a permis la formation de plus de 500 agents de la sûreté nationale au respect des droits de l’Homme.

Réalisé dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’intérieur, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), la Délégation interministérielle aux droits de l’Homme et le Centre Annakhil des études, de la formation et de la médiation, ce programme a porté sur la formation des fonctionnaires de différents cycles de la sûreté nationale (vice-préfet de police, présidents des régions sécuritaires, commissaires centraux, chefs des services, officiers, inspecteurs, brigadiers et gardiens de paix), tous services confondus (renseignement général, forces de l’ordre, police judiciaire…).  Ce programme vient pour asseoir une police moderne, hautement qualifiée, ouverte sur son environnement, et fortement imprégnée des valeurs et principes des droits de l’Homme.

Ce programme s’appuie sur les standards reconnus à l’échelle mondiale en matière de formation sur les questions ayant trait aux droits de l’Homme au profit des fonctionnaires chargés de l’exécution des lois.

La formation rentre dans le cadre de la mise en place d’un plan d’action portant notamment sur la qualification du capital humain et son équipement en matériels logistiques et technologiques et le renforcement de la culture juridique des fonctionnaires de la sûreté nationale.

La cérémonie a été marquée par des exposés sur les grandes lignes de ce programme de formation qui a été conduit sous la supervision de l’expert dans le domaine des droits de l’Homme, Chawqi Benyoub, et du divisionnaire provincial de police, chargé de coordination dans le cadre dudit programme, Ahmed Ben Dahman.

La cérémonie s’est déroulée en présence du wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Yahdih Bouchaab, des élus, des responsables locaux ainsi que des représentants du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas) et du Conseil économique, social et environnemental (CESE), ainsi que des acteurs de la société civile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *