Droits des handicapés : Hakkaoui se dote, enfin, d une vision stratégique

Droits des handicapés : Hakkaoui se dote, enfin,  d une vision stratégique

Conférence de presse par certains côtés, bilan par d’autres, plaidoyer à l’occasion, profession de foi quand il n’y a pas moyen de faire autrement, la réunion à laquelle a appelé, samedi à Rabat, la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social a été tout cela à la fois. Elle a même servi de cadre à un buzz. Au beau milieu de son exposé sur le bilan de son action au profit des handicapés, Bassima Hakkaoui a solennellement déclaré son intention de ne plus rien entreprendre ce qui ne cadre pas avec sa nouvelle vision stratégique. «A partir d’aujourd’hui, a-t-elle lancé avec emphase à une assistance qui n’y était pas totalement préparée, notre nouvelle vision stratégique guidera chacun de nos pas et rien ne sera entrepris en dehors de ce cadre».
La ministre a en effet considéré que l’absence de vision stratégique a été la principale critique à son action à la tête du département social. Convenant que les mesures ponctuelles qu’elle a prises n’ont été que de peu d’effet sur l’ensemble des questions relevant des attributions de son ministère, elle a appelé à changer le fusil d’épaule. Outre la nouvelle stratégie d’ensemble, la nouvelle panoplie des armes de la ministre se compose de l’approche participative avec extension à la société civile, du plaidoyer au sein du gouvernement pour une intégration de la dimension «handicapé» dans les politiques publiques comme cela s’est fait pour la dimension «genre» et le cadre juridique. La ministre considère en effet que la question des handicapés gagne à être partagée avec les autres ministères : l’Habitat pour l’accessibilité, l’Emploi pour le travail, la Santé pour les prothèses… S’agissant du cadre juridique et règlementaire, elle a annoncé que la loi portant «consolidation des droits des personnes en situation de handicap» est dans le pipe et qu’enrichie des addenda des autres ministères, elle est à la veille des débats qui devraient présider à son adoption. Ces principes généraux posés, la ministre a alors dit sa feuille de route. Premier pas : élaborer une politique publique au service des droits des handicapés. Deuxième mouvement : la promulgation de la loi sur les droits de l’handicapé. Ensuite vient la réalisation de la 2ème étude sur le handicap au Maroc. Elle sera suivie de l’implantation auprès des délégations de l’Entraide nationale de 16 unités régionales dédiées à l’accueil et à l’orientation des handicapés. Puis suit l’exécution du programme sur l’accessibilité en partenariat avec la Banque mondiale. En 6ème position est la mise en œuvre du Fonds d’aide sociale. Dans le programme, il vient juste avant la réorganisation territoriale de l’action sociale, le partenariat avec les associations de la société civile, le développement de l’ingénierie sociale, les chantiers à thèmes et l’aide financière. Selon Bassima Hakkaoui, ce dernier volet est particulièrement délicat du fait que «le nombre des associations est passé de 50 en 1994 à 1.000 en 2011». Son importance vient également de ce que la seule scolarisation a engagé 13.653.100 dirhams l’année passée, selon la ministre qui a conclu son exposé en réaffirmant sa volonté de faire du 30 mars, journée du handicap, un moment de bilan de son action et d’annonce de ses projets.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *