Drôles de vacances à El Oualidia

Drôles de vacances à El Oualidia

La nuit du vendredi 15 et le samedi 16 juillet dernier resteront à jamais gravés dans la mémoire de 110 enfants casablancais âgés de 7 à 14 ans. À El-Oualidia, leurs vacances se sont brusquement virées vers un cauchemar. Leur rêve de passer 12 jours de bon temps est parti en fumée à la quatrième journée de leur séjour dans ce camping organisé par l’association des œuvres sociales des fonctionnaires de la commune urbaine de Casablanca. Plus rien à donner à manger, plus aucun sou pour passer une nuit de plus dans cette colonie improvisée sur les belles plages d’El-Oualidia…Des constatations qui ont mis la puce à l’oreille à plus d’un. Un retour au bercail, en catastrophe, a été donc organisé au cours de cette nuit. «Alertés, nous avons coordonné avec le ministère de l’Intérieur pour assurer le transport de ces enfants. C’était une nuit pleine d’émotions : des pères angoissés, des mamans en larmes… Même si cette opération n’entre pas dans le cadre de «Vacances pour tous», nous avons tenu à sauver ces enfants-là !», raconte Bouchaïb Bourhim, le délégué du secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse dans la région du Grand Casablanca. Pour sa part le responsable de ce camping, Abderrahim Mekraoui, assure qu’il a été lui-même mené en bateau par le président de l’association des œuvres sociales des fonctionnaires de la commune urbaine de Casablanca. «Tout a commencé lorsque le président de cette association m’a contacté et m’a proposé d’être le responsable de ces opérations de vacances moyennant une rémunération de 2000 dirhams», affirme Abderrahim Mekraoui. Et d’ajouter : «avec notre arrivée à El-Oualidia, il m’a donné uniquement 5000 dirhams. Et puis, aucun signe de vie! je n’ai pas cessé de le contacter, mais il était injoignable. Au quatrième jour, j’ai décidé de rebrousser chemin avec ces 110 enfants ! En fait, je n’avais plus aucun sou pour assurer la gestion de ce camping». Par ailleurs, la contribution des bénéficiaires de cette opération, programmée du 10 au 12 juillet, oscillait entre 250 et 300 dirhams. C’est donc, selon les dires de ce responsable, une bagatelle de 27.250 ou 33.000 dirhams qui a atterri dans l’escarcelle de cette association. Suite à ces événements, une enquête a été diligentée par la Gendarmerie royale d’El-Oualidia. «L’enquête menée par les gendarmes s’est poursuivie dimanche dernier avec, en plus de moi, la présence du président de l’association des œuvres sociales des fonctionnaires de la commune urbaine de Casablanca. Il faut dire que la responsabilité de cette affaire incombe uniquement et entièrement à ce dernier et que je n’y suis pour rien», tient à préciser Abderrahim Mekraoui. Contacté par ALM, Abdellatif Mabrouk, le président de l’association des œuvres sociales des fonctionnaires de la commune urbaine de Casablanca réfute en bloc ces accusations. «En tant qu’association nous avons loué à A. Mekraoui 11 tentes durant une période de 12 jours (chaque tente à 300 dirhams). Notre action s’est limitée à ce geste-là et à nos yeux, il est le responsable du déroulement du camping. D’ailleurs, les familles de ces enfants le connaissant lui, pas moi !», réplique-t-il.
Entre ces deux versions contradictoires, les familles ne savent qui croire. Pour faire oublier cette mésaventure, la délégation du secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse dans la région du Grand Casablanca a proposé de faire bénéficier, à titre exceptionnel, ces 110 enfants de l’opération «Vacances pour tous». C’est ainsi que près de 60 enfants sont attendus cette semaine dans la colonie de vacances de «Tamaris».  Une manière comme une autre de tourner cette sombre page d’El-Oualidia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *