«DS» : la nouvelle race ovine marocaine

«DS» : la nouvelle race ovine marocaine

Les travaux scientifiques de l’enseignant-chercheur Ismaïl Boujenane à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II à Rabat viennent d’être couronnés par un prestigieux Prix. Il s’agit du Grand Prix Hassan II pour l’invention et la recherche dans le domaine agricole qui vient de lui être décerné en guise de consécration pour ses travaux de recherche aboutissant à la mise au point d’une nouvelle race ovine dite « DS ».
Cette dernière est le résultat d’un croisement entre les deux grandes catégories de races au Maroc, à savoir «Daman» originaire des régions du sud et les races de parcours comme «Timahdite» et «Sardi». D’ailleurs, le mot «DS» est composé des deux initiales de «Daman» et de «Sardi». «À l’origine, «DS» est un croisement entre ces deux races, mais aujourd’hui il s’agit bel et bien d’une nouvelle race ovine !», tient à préciser Ismaïl Boujenane. Et d’ajouter : «la race «DS» a une bonne performance de croissance et de reproduction, contrairement autres races. «Sardi» a une satisfaisante performance de croissance et une faible reproduction, tandis que «Daman» a une excellente performance de reproduction et une faible croissance. Les éleveurs ont donc besoin d’une nouvelle race capable de se reproduire plusieurs fois l’année avec une bonne croissance».
En fait, le Grand Prix Hassan II, organisé par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, vise à encourager l’invention et l’innovation dans le secteur agricole. Ce département précise que les recherches scientifiques concourant pour cette consécration devront apporter une réelle contribution au développement de l’agriculture aussi bien au niveau de la production, de la transformation que celui de la commercialisation. La mise en place de cette nouvelle race ovine se répercutera certes sur le secteur de l’élevage.
Diplômé en agronomie approfondie, option «sciences animales», en 1980, à l’Institut National Agronomique de Paris-Grignon, M. Boujenane est revenu au Maroc poursuivre ses études et décrocher, une année après,  un diplôme d’ingénieur agronome, option «productions animales» à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat. Et c’est dans ce même établissement qu’il a réussi à avoir son doctorat en sciences agronomiques, en 1988, avant de s’envoler aux Etats-Unis pour y obtenir un doctorat en génétique à l’Université de Californie.
Né à Meknès en 1954, Ismaïl Boujenane avait reçu en 1999 le Prix des sciences et technologies pour son ouvrage intitulé «Les ressources génétiques ovines au Maroc». En 2002, il a publié un autre livre axé cette fois-ci sur les bovins.
«Les races bovines au Maroc» se veut un recueil de données générales sur ces animaux et un résumé sur les spécificités des races bovines marocaines, notamment en matière de reproduction, de production de lait et de viande. «Maintenant, la race «DS» est élevée dans quatre régions et les éleveurs qui l’ont adoptée sont satisfaits», conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *