Dupuy : les cadres souffrent

Dupuy : les cadres souffrent

ALM : Dans votre livre, vous parlez de la souffrance des cadres. Comment cette fatigue se manifeste-t-elle ?
François Dupuy : Dans les nouvelles formes d’organisation du travail, les cadres sont, de plus en plus, en situation de confrontation entre eux. Des situations de tension forte…
C’est plus que de la fatigue ! C’est de souffrance qu’il s’agit. Dans mon précédent livre «Le client et le bureaucrate», j’avais longuement parlé du rôle des élites. Actuellement, les organisations font souffrir les cadres. Il est indispensable de changer ces structures puisqu’on a une faible qualité du travail rendu. «La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres» a connu un vif succès parce que j’ai annoncé que les cadres souffrent. C’est politiquement incorrect, même si tout le monde le sait.

Est-ce qu’on peut parler de souffrance pour les cadres au Maroc ?
Je ne connais pas assez la situation au Maroc, mais je suppose que les problèmes sont les mêmes. Avec la mondialisation, les cadres sont soumis à la même pression. On peut même dire que la souffrance est universelle. 

En tant que sociologue, avez-vous un remède ? 
Que faire ? C’est d’ailleurs le thème du dernier chapitre de «La fatigue des élites, le capitalisme et ses cadres». Il y a trois démarches pour arriver à dépasser ces situations de fatigue et de confrontation.
Il faut d’abord reconnaître le problème, avouer que ce c’est pas la faute de l’individu et chercher d’autres pistes.
En effet, les entreprises doivent reconnaître la souffrance des cadres. Cette reconnaissance qui ressemble à un diagnostic est un pas essentiel. Il faut aussi expliquer aux cadres que l’entreprise ne peut plus les protéger comme auparavant.
En fait, l’entreprise doit proposer un « deal » au cadre. Il est temps d’opter pour une déspécialisation et pour une carrière horizontale.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *