Eco-écoles: Quand nos élèves lèvent haut le drapeau vert

Eco-écoles: Quand nos élèves lèvent haut le drapeau vert

Depuis 2006, le nombre des éco-écoles ne cesse de croître. Leur éclosion, en milieu urbain comme en milieu rural, permet d’initier de jeunes élèves à la préservation de leur environnement.

C’est pour une dixième rentrée que le programme «Pavillon vert» suscite l’intérêt des écoles marocaines. Durant la saison scolaire 2015-2016, elles étaient 119 à être évaluées sur 12 régions du Maroc. Parmi ces écoles, 89 ont été candidates au label «Pavillon vert». Le comité national a fini par en primer 62, soit 70% de taux de réussite par rapport à l’ensemble des écoles ayant été sujettes de sélection.

En effet, depuis 2006, le nombre des éco-écoles ne cesse de croître. Leur éclosion, en milieu urbain comme en milieu rural, permet d’initier de jeunes élèves à la préservation de leur environnement. Au bout de sa dixième année, la démarche pédagogique encourage davantage les élèves à jouer un rôle actif et à évaluer leur lieu de vie commun. Le programme propose six thèmes, dont les trois prioritaires sont axés sur la minimisation de la consommation d’eau, la consommation d’énergie ainsi que la gestion des déchets. En travaillant ces trois thèmes, l’impact se remarque directement sur la qualité de vie de l’éco-école. Durant les cours, les enseignants intègrent l’éducation au développement durable en se basant sur le «principe d’infusion». Cette pédagogie nouvelle consiste à établir les liens entre les matières enseignées et le développement durable, qui ne doit pas être un sujet à part ou étranger au concept. De cette façon, les écoliers prennent conscience de l’impact de leurs comportements vis-à-vis de l’environnement, favorisant ainsi le développement de leur esprit d’initiative et leur citoyenneté.

Ainsi, la procédure de labellisation peut durer au minimum trois années. Les écoles se voient ainsi certifiées bronze et puis argent, dépendant du niveau de maîtrise des thèmes cités ci-dessus. Avant d’être évaluées, les écoles envoient, en milieu d’année, une feuille de rapport préliminaire. Ce document présente un rapide bilan du projet mis en place, de la vie du comité de suivi, des actions entreprises ou prévues ainsi que les succès et les difficultés rencontrées. Pour que le label soit accordé, il est primordial qu’au moins un des cinq thèmes de la labellisation soit traité en suivant les sept étapes de la démarche éco-école.

Pour être présélectionnée, l’école doit d’abord former un comité de suivi dont le membre n’est autre que l’élève lui-même. Ensuite, l’école doit diagnostiquer sa situation actuelle par rapport à la thématique retenue. Un plan d’action est alors élaboré par l’école qui définit les actions à entamer selon un agenda précis. Le comité de suivi assure alors le contrôle et l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’action. Il est important pour les futures éco-écoles d’établir le lien avec le programme scolaire. Les étapes du projet doivent être mises en relation avec le programme scolaire, sans que cela fasse objet d’une activité parascolaire. La sixième étape permet d’élargir la participation des élèves et aussi des acteurs extérieurs. Enfin, pour que l’école soit éligible à la labellisation, il lui est nécessaire d’adopter «l’éco-code». Il s’agit d’affiche, exposition ou chanson qui puissent symboliser l’action entreprise par les élèves. L’obtention du label Pavillon vert est matérialisée par la remise d’un certificat et d’un drapeau, lors d’une cérémonie en présence des partenaires du projet.

Maryem Laftouty

(Journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *