Écoles à Safi : Des précisions utiles

La réfection des établissements scolaires dans la province de Safi a été caractérisée ces dernières années par l’envergure des opérations menées aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain, les efforts conjugués de la délégation et du ministère de tutelle ont permis d’aménager des centaines de salles de classe et des dizaines d’établissements de la province.
Un programme particulièrement ambitieux pour le secondaire et dont bénéficient 5 lycées et 3 collèges au titre de l’exercice 2001 est en phase de réalisation. Sachant que le lycée Hassan II a déjà été réfectionné l’année dernière (première tranche), et nous invitons votre correspondant à visiter tous les chantiers achevés ou en cours d’achèvement aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain pour se rendre compte de la qualité des travaux réalisés.
Concernant les ouvertures des plis, nous tenons à rappeler que celles-ci ont été faites conformément au décret n°02-98-482 du 11 Ramadan 1419 (30 décembre 1998) fixant les conditions et les formes de passation des marchés de l’Etat.
Pour ce qui est du Lycée Al Idrissi, le bureau des études techniques qui a établi le C.P.S. (cahier des prescriptions spéciales) a travaillé en étroite collaboration avec la délégation, l’administration et les professeurs, le projet a été ensuite soumis au service central pour étude et approbation, une expertise technique a également été effectuée par le L.P.E.E. Votre correspondant qui est lui même professeur au lycée Al Idrissi exige que le C.P.S. soit « mis à la disposition des acteurs locaux » sans préciser lesquels, sachant que le M.O (maître d’ouvrage) est la délégation du ministère de l’Education nationale représentée par son service technique et qu’une réunion avec le conseil intérieur du lycée a eu lieu le 1er avril 2002 au siège du lycée sous la présidence effective de monsieur le délégué et la présence du chef du service (construction, équipement et patrimoine), de l’ingénieur et du directeur du lycée avant la lancement des travaux et ce pour passer en revue les différents travaux à effectuer et pour écouter les dernières recommandations et les souhaits des enseignants.
Nous avons donc été étonnés de voir votre correspondant se lancer dans un procès d’intention accusant pêle-mêle la commission d’ouverture des plis, les cabinets d’études et d’expertise engagés par la délégation et le service technique de celle-ci sans la moindre preuve à l’appui. Et comment pourrait-il en être autrement puisque les travaux viennent à peine de commencer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *