Éducation familiale et initiation à la technologie : Acquérir les techniques professionnelles élémentaires

Éducation familiale et initiation à la technologie : Acquérir les techniques professionnelles élémentaires

S’il y avait un domaine dans lequel le système de l’enseignement scolaire faisait la distinction de sexe, c’était bien au niveau des matières de la culture féminine et l’initiation à la technologie. Au niveau du collège, la première matière était réservée aux filles et la deuxième aux garçons. Toutefois, à partir du début des années 2000, la distinction n’a plus encore lieu. La culture féminine a, depuis lors, changé d’appellation. Désormais, les jeunes collégiens ont droit, durant les trois années, à deux heures de l’éducation familiale et deux heures de l’initiation à la technologie. Il s’agit, en réalité, de deux matières assez spéciales, à partir du moment où elles développent chez l’élève des compétences autres que celles investies par des matières comme les maths, les langues ou l’éducation physique. Trois mots d’ordre font la particularité de ces deux matières, à savoir découverte, innovation et apprentissage pratique. La matière de l’Initiation à la technologie vise à démytifier le monde de la technologie. Tout en mettant l’accent sur l’aspect logique de réalisation de l’objet technique, elle vise à stimuler le désir de recherche et à encourager le travail méthodique chez l’élève. Pour sa part, l’Education familiale permet de sensibiliser les jeunes filles et garçons, le plus souvent âgés de 11 à 16 ans, aux techniques de gestion des affaires domestiques. Elle vise également d’apprendre à l’élève d’évoluer dans un environnement et un entourage sain. Ceci dit, le problème avec ces deux matières, assez importantes pour l’éducation des jeunes, c’est le manque considérable des moyens. 
«Dans les années 80, l’Initiation à la technologie était une matière expérimentale, avant d’être introduite dans les années 90 dans le système scolaire comme matière à part entière, bien qu’elle n’est pas encore généralisée au niveau de toutes les régions du Maroc. Au cours de l’année, les élèves travaillent, sous l’encadrement de leur professeur, sur un projet technique, mais cela nécessite bien évidemment des outils de travail, chose qui n’est pas toujours disponible», précise Mohamed Addourra, professeur de la Technologie au collège Hassan II à Al-Hoceima, dans une déclaration à ALM. «L’objectif principal de cette matière c’est le développement des compétences techniques et les capacités de réflexion des élèves pour les préparer à suivre des études approfondies dans le cadre des branches techniques au niveau du secondaire», poursuit-il.  «Malheureusement, le principal problème dont souffre cette matière c’est le manque de moyens de travail, c’est-à-dire de matériels didactiques, bien qu’il s’agit d’une matière qui met l’accent essentiellement sur la pratique. Aussi, le surnombre au niveau des classes ne permet pas d’atteindre les objectifs tracés pour cette matière», conclut-il. 
Par ailleurs, selon Sanaâ Nassih, professeur de l’Education familiale au collège Abderrahmane Chennaf à Mohemmadia, la matière qu’elle enseigne offre un programme assez riche pour garantir l’épanouissement de l’élève dans de bonnes conditions.  «L’Education familiale vise à rectifier les erreurs commises par les élèves dans leur vie quotidienne. Au niveau de la première année du collège, on enseigne aux élèves tout ce qui se rapporte à la gestion des affaires domestiques. Dans ce cadre, l’enseignement concerne l’initiation aux droits et devoirs au sein de la famille, la gestion des ordures ménagères, la nutrition, la santé ainsi que les principes de cuisson», précise Mme Nassih.  «Au niveau de la deuxième année du collège, on apprend aux élèves l’éducation à la consommation pour leur permettre de choisir leur nourriture et l’usage des services tels que la télé, l’Internet et le téléphone. Il est question également du choix des habits, les questions relatives à l’adolescence et à la puberté, l’éducation sexuelle, les maladies sexuellement transmissibles ainsi que le tabac et la drogue. Au niveau de la troisième année, on apprend aux élèves la puériculture, c’est-à-dire toutes les techniques pour prendre soin des tout-petits, la grossesse, l’accouchement et l’allaitement», poursuit-elle.  Toutefois, il faut dire que les ambitions tracées par l’Education familiale et l’Initiation à la technologie restent des fois lettre morte en raison du manque de moyens. Ces deux matières restent ainsi à l’image du système scolaire dans son ensemble qui souffre toujours de plusieurs dysfonctionnements.

 


 Que prévoit la charte nationale de l’éducation et de la formation
Au sujet de l’Initiation à la technologie et l’Education familiale, la charte nationale de l’éducation et de la formation précise dans le volet concernant l’adéquation du système d’éducation et de formation à son environnement économique, qu’«au niveau de l’enseignement collégial, chaque fois que possible, le collège sera relié en réseau à un centre voisin de formation professionnelle, où à des centres d’initiation des jeunes et d’éducation féminine».  Et de préciser que «cette connexion visera à associer aux enseignements fondamentaux de l’école collégiale l’acquisition de notions et de savoir-faire techniques professionnels élémentaires, autant que possible par l’ensemble des lauréats de cet enseignement et, a fortiori, pour ceux d’entre eux qui accéderont directement à la vie active, en passant, le cas échéant, par un apprentissage en entreprise». 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *