Education, formation et emploi: Le plan bataille contre le chômage

Education, formation et emploi: Le plan bataille contre le chômage

alaouite, SM le Roi Mohammed VI a montré une attention singulière à l’égard des jeunes. Pour la promotion de l’emploi auprès des générations futures, le Souverain suit de très près toutes les initiatives en faveur des jeunes de la formation jusqu’à l’emploi en passant par la recherche du travail.  

«Les Marocains n’aspirent qu’à être rassurés sur l’avenir de leurs enfants en ayant la certitude que ces derniers bénéficient d’une formation propre à leur ouvrir les portes du marché de l’emploi. Etant donné que la formation professionnelle est devenue aujourd’hui la clé de voûte dans tous les secteurs de développement, on devrait passer de l’enseignement académique classique à une double formation garantissant aux jeunes la possibilité d’obtenir un emploi», a souligné SM le Roi Mohammed VI, jeudi 30 juillet 2015, dans un discours à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône, qui coïncidait cette année avec le seizième anniversaire de son accession au Trône de ses glorieux ancêtres. Il faut dire que la lutte contre le fléau du chômage des jeunes est inscrite parmi les priorités du pays. D’ailleurs, la nouvelle Constitution cite l’emploi parmi les droits auxquels l’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales doivent faciliter l’égal accès aux citoyennes et aux citoyens.

C’est ainsi qu’une stratégie nationale de l’emploi (SNE) a été mise en place tout récemment. Selon les projections du ministère de l’emploi et des affaires sociales, le Maroc aura un besoin annuel d’environ 200.000 nouveaux postes d’emploi.

Les premières mesures prioritaires de cette nouvelle stratégie seront inscrites dans la loi de Finances 2016. D’après la stratégie, ces emplois pourraient être créés dans les secteurs agricole et industriel, dans les BTP et dans les services. Les trois quarts des emplois au moins devraient être des emplois dans les services aux entreprises, à la personne et à l’environnement.

En effet, le chômage demeure en particulier élevé parmi les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans. C’est ainsi qu’au deuxième trimestre 2015, le taux de chômage était de 3,6 % parmi les personnes sans diplôme, de 13,8 % parmi ceux ayant un diplôme de niveau moyen au niveau desquels il a enregistré 19,2% parmi les actifs ayant un certificat de qualification professionnelle, et de 20,8% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur avec en particulier un taux de 23,3% pour les lauréats des facultés, selon les dernières statistiques du Haut-Commissariat au plan.

Il était de 20,5% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 et de 38,6% parmi les citadins d’entre eux, contre 8,7% pour l’ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus, selon la même source.
Par ailleurs, la promotion des jeunes est inscrite dans le texte de la nouvelle Constitution avec la création d’un Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative. En effet, l’article n°33 de la loi fondamentale stipule qu’il incombe aux pouvoirs publics de prendre toutes les mesures appropriées pour atteindre les trois objectifs primordiaux derrière la mise en place du Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative.

D’abord, étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays. Ensuite, il est question d’aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et associative et prêter assistance à ceux en difficulté d’adaptation scolaire, sociale ou professionnelle.

Et enfin, il s’agit de faciliter l’accès des jeunes à la culture, à la science, à la technologie, à l’art, au sport et aux loisirs, tout en créant les conditions propices au plein déploiement de leur potentiel créatif et innovant dans tous ces domaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *