Education nationale : Un long chemin reste à faire

Education nationale : Un long chemin reste à faire

Les jeunes entre 12 et 14 ans dans le milieu urbain enregistrent le taux le plus élevé de scolarisation, soit 98,3% pour les garçons et 97,5% pour les filles durant l’année scolaire 2015-2016.

L’éducation nationale semble souffrir de la diminution des établissements d’enseignement préscolaire. En effet, c’est ce qui ressort des chiffres qui viennent d’être livrés par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle pour l’année 2015-2016. Des données qui couvrent l’enseignement préscolaire, l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire collégial, l’enseignement secondaire qualifiant, l’enseignement postsecondaire, et la formation des cadres. Des chiffres qui dévoilent également l’écart notable entre le monde rural et milieu urbain et la différence entre filles et garçons. Ces statistiques du ministère permettent de faire un diagnostic de l’état de l’enseignement au Maroc. Zoom sur le secteur dont le budget coûte 4,7% du PIB.

Le préscolaire en baisse

20.511 établissements scolaires en 2015-2016 dont 11.151 dans le monde rural, des chiffres en baisse par rapport à l’année scolaire 2014-2015 où le nombre des établissements scolaires avoisinait 25.026, dont 14.106 dans le milieu rural. La baisse des établissements a engendré une baisse des salles et des classes dans l’enseignement préscolaire. Ainsi, le nombre des salles disponibles est passé de 38.780 à 32.641 respectivement pour les deux périodes (2014-2015 et 2015-2016). Pour ce qui est du nombre des classes, il est passé de 40.722 entre 2014-2015 à 37.177 pendant l’année scolaire 2015-2016. Cette baisse du nombre des établissements est absente pour le reste des catégories de l’enseignement.

La scolarisation des jeunes en hausse

Les jeunes entre 12 et 14 ans dans le milieu urbain enregistrent le taux le plus élevé de scolarisation, soit 98,3% pour les garçons et 97,5% pour les filles durant l’année scolaire 2015-2016, contre 96,5% pour les garçons et 95,9% durant l’année 2014-2015. Dans le milieu urbain la donne change, une nette différence est enregistrée. Pour cette même catégorie le taux des filles scolarisées n’est que de 68,8% contre 82,3% pour les garçons. Toutefois, dans les deux périodes, une légère augmentation est enregistrée aussi bien dans le milieu rural que dans le milieu urbain (1,6 et 1,7%). En bas de l’échelle, les enfants âgés entre 4 et 5 ans où le taux global ne dépasse pas 43% durant l’année scolaire 2015-2016 pour les deux sexes confondus. Ce taux est en net recul puisque l’année scolaire 2014-2015 avait comptabilisé un taux de 49,1%.

   enseignement-prescolaire-scolarisation-des-enfants-entre-4-5-ans

Manque d’éducateurs dans le milieu rural

Dans le préscolaire, la baisse frappe également le corps des éducateurs, le monde rural ne compte que 12.542 éducateurs dont 3.793 éducatrices pour l’année 2015-2016. Cette diminution est considérable sachant que le nombre de ces éducateurs en 2014-2015 était de 14.660 dont 4.716 femmes. Pour ce qui est de l’effectif enseignant public, le nombre a enregistré une baisse. Ainsi il est passé de 124.120 enseignants en 2014-2015 à 119.823 en 2015-2016, sachant que le nombre d’élèves est en nette augmentation (3,44 millions en 2015-2016 contre 3,42 millions en 2014-2015). Face à cette diminution, l’enseignement primaire privé enregistre une augmentation de l’effectif des enseignants, soit 34.429 pour l’année 2015-2016 pour 654.104 élèves.

Les filières les plus prisées

Avec 54%, les sciences restent le choix des élèves de l’enseignement secondaire, suivies des lettres et sciences humaines (40%), sachant que le taux est en augmentation pour la première filière contre une baisse sensible pour les lettres. Pour ce qui est des classes préparatoires aux grandes écoles, le nombre des filles et des garçons est en net recul. En effet, 7.909 étudiants se sont inscrits dans ces classes en 2015-2016 contre 8.068 pour l’année qui précède. Le diplôme de technicien supérieur, quant à lui, attire de plus en plus. C’est ce qui ressort des chiffres du ministère puisque le total des inscrits est de 4.025 récemment contre 3.859 pendant l’année 2014-2015.

  Centres de formation : 10.375 stagiaires 

Le nombre de cadres en formation part en flèche. C’est le constat relevé des statistiques dévoilées par le ministère. Pas moins de 10.375 stagiaires poursuivent une formation dans les centres de formation des cadres contre 8.045 entre 2014-2015.

Leila Ouchagour

(Journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *