Élargissement de la coopération bilatérale

À son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, Martins da Cruz avait déclaré à la presse que le Maroc et le Portugal entretiennent une amitié séculaire, soulignant que sa visite au Royaume offre aux deux pays « une opportunité pour renforcer le partenariat et l’amitié ».
Cette visite, a-t-il indiqué, entre dans le cadre de la préparation du sommet qui aura lieu, en mai prochain, entre les deux chefs de gouvernement. « Le Maroc et le Portugal doivent oeuvrer pour hisser leurs relations économiques et culturelles au niveau des excellentes relations politiques », a-t-il ajouté. Durant sa visite, Martins da Cruz aura des entretiens avec son homologue marocain, Mohamed Benaïssa.
S’agissant de l’ordre du jour de la visite du chef de la diplomatie portugaise au Maroc, les observateurs affirment qu’elle serait notamment axée sur le dossier de l’Irak et l’éventuelle attaque américaine contre ce pays. Rappelons que Lisbonne s’est alignée sur la position américaine dans ce conflit. Le Premier ministre portugais, Jose Durao Barroso, est l’un des huit chefs de gouvernements européens signataires de la fameuse lettre de soutien à la politique de Washington face à Bagdad. Le deuxième volet des entretiens entre le chef de la diplomatie portugaise et les responsables marocains est celui de la coopération économique. Le Portugal, l’une des économies les plus faibles de l’Europe, se trouverait dans une situation très difficile avec l’élargissement de l’Union européenne vers l’Est. C’est l’une des raisons qui poussent ce pays à oeuvrer pour une meilleure ouverture sur ses voisins du Sud. Ainsi, la visite au Maroc n’est que la première étape de la tournée du ministre portugais qui se rendrait, avant la fin du mois courant, en Algérie, en Tunisie et en Libye.
Notons que les relations politiques entre le Maroc et le Portugal sont très développées et les deux capitales ont instauré une tradition de concertation sur les sujets tant bilatéraux qu’internationaux. Un usage qui a été couronné par la création de la haute commission mixte entre les deux pays. Présidée par les deux Premiers ministres, elle se réunit chaque année au mois de mai.
Concernant les relations économiques, il est à noter que le Portugal a toujours tenté de développer sa présence au Maroc. Outre la participation dans le capital de Méditélécom, plusieurs sociétés portugaises sont présentes au Maroc. Mais, en général, cette présence reste très faible par rapport aux possibilités offertes de par et d’autre pour la coopération économique.
Aussi, faut-il reconnaître, que le gouvernement du Portugal ne déploie pas au Maroc les moyens nécessaires à tout développement des relations économiques entre les deux pays.
À ce niveau, il y a lieu de citer que l’ambassade portugaise à Rabat souffre d’un manque de personnel. L’exemple le plus frappant est l’absence d’un attaché de presse. Ce qui rend impossible tout accès à l’information. Les services de cette ambassade sont incapables de donner des données aussi simples que les chiffres sur les échanges commerciaux entre les deux pays.
Le Maroc et le Portugal sont tenus de faire plus d’effort afin de développer leurs relations et de les hisser à un niveau plus important, étant donné que la proximité géographique, les similitudes des tissus sociaux et le rapprochement culturel sont des éléments qui jouent en faveur d’une coopération plus évoluée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *