Emplois fictifs : Le désarroi plane

La situation pour les 2000 «heureux élus» à «l’El Dorado», dans la région d’El Jadida, dans l’opération des 30.000 emplois fictifs, est, on ne peut plus, catastrophique. Tous s’estiment lésés et escroqués dans cette affaire orchestrée par l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences, ANAPEC. Les promesses du début du recrutement se sont estompées.
Au lieu «d’annajate», le sauvetage, c’est «Al gharaq», le naufrage, considèrent ces jeunes qui se voyaient, il y a quelques temps, au bout de leurs peines et souffrances. Plus rien et plus personne ne leur inspirent confiance. Roulés, manipulés, volés, c’est l’impression qu’ils ressentent tous. Les autorités, étant impliquées, et surtout la déclaration «confirmant» et «rassurante» du ministre de l’Emploi, Abbès El Fassi, à la Chambre des Représentants. On ne pouvait laisser persister le moindre doute sur cette aubaine fortuite qui devait sauver plus d’un chômeur diplômé, vivant les pires atrocités de ce fléau, et améliorer la situation sociale de très nombreuses familles goûtant quotidiennement à toute sorte de privation et de manque.
Combien de fous rêves et d’alléchantes promesses ont été bâtis sur cet El Dorado qui se révèle hélas, aujourd’ui, n’être qu’un mirage.
Chez les employés du bureau régional d’El Jadida de la fameuse agence, c’est la gêne totale.
Aucun d’entre eux n’ose avancer quoi que ce soit à ceux qui viennent s’informer auprès d’eux. «Rien ne nous a été communiqué pour l’instant», répondent-ils honteux d’eux-mêmes et de leur boîte. Comme s’ils pressentaient, eux aussi, que cette affaire n’est qu’une arnaque. Ni moins ni plus. «Le ministre de l’Emploi qui ne cesse de crier ici et là qu’il est un pur nationaliste qui est appelé à assumer ses responsabilités dans cette affaire. Ne devrait-il pas réagir pour confirmer ou infirmer «l’authenticité», (sic) de l’opération?» avouera M.A, 30 ans licencié en langues et littérature arabe.
«Attend-il le déroulement des élections pour nous déclarer que le recrutement a été annulé ? Est-ce qu’ils essayait de sauvegarder la face du parti de l’Istiqlal de peur qu’il essuie une déroute au scrutin législatif à cause de cette affaire ? En tous les cas, nous n’allons pas rester les bras croisés. Nous allons nous mobiliser pour défendre nos droits et surtout inculquer une leçon magistrale à tous ceux qui ont osé se moquer de nous et de la fierté d’un peuple qui a toujours fait preuve de patriotisme et d’honnêteté», lance de son côté L.A, 28 ans, technicien en électricité auto, jurant que les candidats arnaqués ne laisseraient pas «la mascarade», «dyale labtayne», du séisme d’Agadir, se répéter.
Dans la province d’El Jadida, la tension est d’actualité et la situation risque à tout moment d’exploser.

• Azzeddine Hnyen
Correspondance régionale

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *