En attendant le bloc de la gauche modérée

Le Bureau politique du Parti socialiste démocratique (PSD) a tenu, récemment à Rabat, une réunion consacrée à l’examen des travaux et préparatifs menés au niveau de la direction du PSD et du Parti du progrès et du socialisme (PPS) pour apporter les dernières retouches au projet de pôle de gauche avant l’annonce solennelle de cette union.
Au cours de cette réunion, présidée par le secrétaire général du PSD, M. Aissa El Ouardighi, le bureau a passé également en revue les travaux de la commission tripartite composée du PSD, du PPS et de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).
Interrogé sur ces deux questions, un dirigeant du PSD nous a fait part en ce qui concerne l ‘alliance avec le PPS d’une proposition en cours faisant état de la constitution d’un secrétariat commun, d’une instance dirigeante commune et d’un comité central commun.
Au sein de ces instances, les décisions et résolutions sont prises à la majorité. Pour faire aboutir ce projet, une commission de coordination bilatérale a été constituée. Celle-ci est constituée de quatre membres : Khalid Naciri et Nabil Ben Abdellah du PPS et de Latifa Jbabdi et Talbi Ismaïli du PSD. Mais, pour l’instant, depuis le dernier congrès du PSD, aucune réunion n’a été faite entre les bureaux politiques des deux partis. Ceci dit, les dirigeants du parti de Issa Ouerdighi avait préparé le projet d’un communiqué sur l’unité des deux formations , alors que les camarades de Ismaïl Alaoui ont préparé un projet de statut réglementant les rapports entre les deux . Les deux projets seront soumis aux Comités centraux des deux formations. Normalement, ils devront être adoptés avant la fin du mois de février. D’un autre côté, à l’issue d’une rencontre récente entre Me. Abderrahman Youssoufi et la direction du PSD, les deux parties se sont mises d’accord pour la constitution d’une commission tripartite réunissant l’USFP, le PPS et le PSD. Cette commission, qui est composée de cinq membres de chaque parti, a bel et bien commencé ses travaux. D’ailleurs, les trois formations ont arrêté une position en commun en ce qui concerne le mode de scrutin pour les prochaines échéances électorales. Dans ce cadre, les participants à la réunion du Bureau politique du PPS ont débattu des initiatives à entreprendre pour renforcer l’action commune et décidé de tenir une journée d’étude sur les élections, selon un communiqué rendu public à l’issue de cette rencontre.
Le bureau politique a, par ailleurs, mis en relief « le bilan positif » de l’action du ministère de l’enseignement, sous la direction de M. Abdellah Saâf (PSD), estimant qu’elle est conforme à la déclaration gouvernementale et concrétise les dispositions de la charte de la réforme de l’Enseignement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *