En vertu d’une convention signée jeudi à Rabat: 50 millions d’euros pour la mise en œuvre de l’AMI

En vertu d’une convention signée jeudi à Rabat: 50 millions d’euros pour la mise en œuvre de l’AMI

Assurance maladie des indépendants (AMI). Voilà un nouveau concept qui sera mis en œuvre en vertu de la 3ème phase du programme d’appui, par l’UE, à la réforme de la couverture médicale de base. Un soutien financier de 50 millions d’euros matérialisé par la signature d’une convention jeudi à Rabat. Mais comment cette AMI sera-t-elle mise en place ? Le ministre de la santé s’est contenté d’expliquer à ALM: «Nous sommes toujours en train de discuter avec tous les partenaires. Grosso modo, on s’achemine vers la prise en charge par la CNSS qui va s’occuper de l’AMI».

En tout cas, El Houssaine Louardi aspire vivement à voir le programme mis en place en début 2015. Outre l’AMI, ledit programme est, aux yeux de Mohammed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, important de par «la couverture universelle». Celle-ci sera concrétisée par la mise en place d’une stratégie intégrée de réforme de la couverture médicale de base. Aussi, le programme est, pour lui, primordial vu le renforcement de l’offre de soins pour favoriser la proximité et une meilleure organisation des filières de soins. L’objectif étant, selon le ministre, «d’appuyer la mise en œuvre de la politique du gouvernement visant à garantir à l’ensemble de la population l’accès aux prestations de soins de santé».

En allouant 50 millions d’euros à cette 3ème phase, les investissements de l’Union européenne en faveur de la santé au Maroc atteindront un montant de 200 millions d’euros. «Cette nouvelle étape devrait permettre de relever les défis en matière de couverture universelle et l’accélération de la mise en œuvre des réformes», a précisé Rupert Joy, ambassadeur de l’UE au Maroc, qui a ajouté que l’élaboration de la carte sanitaire entrera dans le cadre de cette 3ème phase.

Pour rappel, le premier programme a été consacré à la mise en œuvre, moyennant une enveloppe de 50 millions d’euros, du cadre institutionnel prévu par la loi portant code de la couverture médicale de base. Dans la 2ème phase, le Régime d’assistance médicale pour les économiquement démunis (Ramed), lancé en 2008 par une expérience pilote dans la région de Tadla-Azilal, a été mis en place suite à l’allocation d’un budget de 40 millions d’euros.

Un régime qui a couvert 8,5 millions de citoyens. Ceci étant, la cérémonie de signature de la convention dédiée au programme d’appui a été marquée par la présence d’Abdeslam Seddiki, ministre de l’emploi et des affaires sociales, ainsi que des DG de la CNSS, de l’Agence nationale d’assurance maladie (ANAM) et de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *