Encourager la scolarisation

La généralisation de la scolarisation, un défi du gouvernement de l’alternance, se concrétise. Au niveau de la scolarisation des enfants de moins de six ans et des jeunes filles dans le monde rural, force est de constater que c’est une «révolution silencieuse», qui est en train de s’opérer. L’opération de mobilisation sociale pour le soutien de la scolarisation se poursuit dans les différentes contrées du Royaume en vue d’atteindre lors de la prochaine rentrée scolaire un taux de scolarisation de 97 %. Les efforts sont, particulièrement, concentrés sur les filles en milieu rural.
Les associations de la société civile, les ONG, les collectivités locales et les secteurs publics apportent leur apport à cette entreprise d’envergure. Dans ce cadre, le ministre de l’Education nationale, Abdellah Saaf, a présidé, vendredi dernier à Tanger, le forum régional pour la mobilisation sociale visant à soutenir la scolarisation. La manifestation s’est déroulée en présence du wali de la région Tanger-Tétouan, M. Mohamed Halab et du gouverneur de la province de Chefchaouen, M. Driss Younsi. Intervenant à cette occasion, le ministre a souligné l’urgence d’atteindre un taux de 97% dans la généralisation de la scolarisation au profit des élèves de moins de six ans, au titre de l’année 2002/2003. Après avoir relevé les efforts consentis, à cet effet, par le tissu associatif, M. Saâf a mis l’accent sur l’impératif de mettre en place davantage d’écoles et de collèges et de construire des logements aux enseignants dans le milieu rural, tout en appelant les divers intervenants de la région à une meilleure mobilisation pour la réussite de la prochaine rentrée scolaire et la construction de plus d’établissements scolaires.
S’agissant de la question des élèves issus de couches démunies, le ministre a évoqué les mesures entreprises par son département dans ce sens, à savoir l’ouverture de réfectoires scolaires, d’internats et de maisons d’étudiants, le transport et la fourniture de livres et de kits scolaires. De son côté, le wali de la région a mis en lumière les efforts du ministère de l’Education nationale particulièrement au niveau des provinces de Larache et de Chefchaouen pour encourager la scolarisation des filles en milieu rural, considérant que la décennie de l’éducation-formation (2000/2009) est la clé de voûte de la qualification de l’élément humain, qui constitue la finalité de toute entreprise de développement. Et d’indiquer que la province de Chefchaouen est particulièrement appelée à faire augmenter son taux de scolarisation de 68,55 % à 97 %, au moins, afin d’être au diapason des attentes élaborées par la charte nationale de l’éducation et de la formation. Pour concrétiser ces objectifs dans la région, le ministère de tutelle prévoit, au titre de l’année 2002/2003, la construction de 520 salles d’étude, au niveau de la région, et 94 autres salles dans les communes rurales, dont 41 dans la province de Chefchaouen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *