Engouement pour les bourses américaines

Un quart de siècle de partenariat entre le Maroc et les Etats-Unis. Cela mérite d’être fêté, d’autant que les résultats de cette coopération s’avèrent être des plus satisfaisants. La Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels (MACECE) est née en 1982 d’un traité binational. C’est donc après un quart de siècle d’existence que cette association dresse le bilan de ses activités. Car, au-delà du renforcement des liens d’amitié entre les deux peuples, la Commission bilatérale a surtout contribué au développement humain, comme l’a souligné l’ambassadeur des Etats-Unis, Thomas Riley, lors d’une réception organisée récemment en commémoration de l’événement. La plus importante initiative parrainée financièrement par la MACECE reste l’octroi de bourses d’étude. 280 bourses ont été allouées à ce jour dans le cadre des études supérieures. Plus de 100 professeurs et chercheurs ont pu, par ce biais, obtenir leur PhD. Au fur et à mesure que son activité s’accroît, les bourses de la commission sont devenues de plus en plus ciblées, durant les 10 dernières années. Ce sont d’avantage les candidats titulaires de Masters en gestion d’entreprises, en marketing, en finance, en droit commercial, en ingénierie et en technologie qui ont été ciblés. Les élèves du troisième cycle des universités marocaines ont, eux, bénéficié d’un programme de bourse spéciale. Créé en 1991, ce dernier a offert à 81 étudiants l’opportunité de poursuivre leurs recherches doctorales aux Etats-Unis sous la supervision conjointe d’un professeur américain. De même, 257 cadres académiques et scientifiques ont bénéficié de bourses de recherche post-doctorale au sein des universités américaines. Ces académiciens ont, ainsi, eu l’occasion de développer des liens inter institutionnels.
A programme de bourse correspond projet accompli. Pour la commission, c’est une règle et c’est la raison pour laquelle l’octroi des bourses obéit à une base hautement compétitive. Seule la qualité professionnelle et académique du candidat compte pour la commission qui encourage de plus en plus les candidatures féminines et celles des personnes résidant hors de villes principales (Rabat et Casablanca, plus précisément).
Ayant donc remporté un franc succès, ces programmes de bourses se devaient de se multiplier. Et c’est le gouvernement américain lui-même qui a pris l’engagement de financer directement plusieurs autres bourses et à augmenter sa contribution (55%) au budget annuel de MACECE. Parmi celles-ci, certaines sont destinées à enseigner aux étudiants américains la langue et la culture arabo-islamique. Sur ce type de programme et bien d’autres, la commission et le ministère de l’Education nationale, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique y ont travaillé en commun accord. Dans ce cadre, ce sont 157 enseignants d’anglais qui en ont profité depuis 1992. Etant binationale, les Américains ont eu également droit de bénéficier des activités de la commission. MACECE a accueilli et encadré plus de 700 boursiers américains (250 étudiants et 210 chercheurs).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *