Enquête : 31% des conducteurs marocains avouent s être endormis au volant

Enquête : 31% des conducteurs marocains avouent s être endormis au volant

Près d’un automobiliste sur trois (31%) déclarent s’être endormis au volant au moins une fois en juin et en moyenne 3 fois pendant deux mois. C’est ce qu’indiquent les premiers résultats de l’enquête sur l’hypovigilance et la somnolence au volant. Pilotée par le service de pneumologie du CHU Ibn Sina de Rabat et financée par Autoroutes du Maroc (ADM), l’enquête menée en juillet 2012 a ciblé 1.000 conducteurs. Les travaux révèlent un autre chiffre alarmant: 37% des conducteurs déclarent être en somnolence diurne en voiture. D’après l’enquête, les conducteurs marocains ont tendance à conduire pendant des heures sans s’arrêter. En effet, 15% des conducteurs déclarent avoir conduit pendant 5 heures (500 km) sans s’arrêter, 42% ne se sont arrêtés qu’une seule fois sur un trajet de 500 km, alors que la normale est de deux arrêts minimum. L’enquête met également en lumière le manque de sommeil chez les automobilistes. 35% manquent d’environ deux heures de sommeil.
Par ailleurs, l’étude précise que 64% des conducteurs présentent une fatigabilité pendant la journée qui pourrait être en rapport avec une maladie respiratoire au cours du sommeil. A noter que près d’un conducteur sur 3 (29,9%) présente des signes qui pourraient être en rapport avec une maladie respiratoire au cours du sommeil (ronflements ou suffocations).
La somnolence est responsable d’une augmentation de 8 fois du risque d’accident. Les auteurs de l’étude alertent les automobilistes en appelant chaque conducteur à prendre en compte son niveau de sommeil avant de prendre la route. Il n’est pas inutile de rappeler à ce sujet qu’après 17 heures de veille, prendre le volant équivaut à conduire avec 0,5 g d’alcool dans le sang. Conduire entre 2 et 5 heures multiplie par plus de 5 le risque d’accident. Le gouvernement tente, coûte que coûte, de lutter contre l’insécurité routière, qui a fait 2.712 morts durant les huit premiers mois de 2012, soit une hausse de 4,4% par rapport à l’année précédente. Si les accidents, au nombre de 44.902, ont enregistré une légère baisse (-0,38%), les accidents mortels ont en revanche augmenté de 4,37% pour s’établir à 2.316.  
Les accidents ont également fait 8.042 blessés graves (+0,58%) et 59.602 blessés légers (+0,73%). Une enveloppe de deux milliards de dirhams a été affectée à l’investissement dans la sécurité routière durant la période 2012-2013.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *