Enquête du HCP : L’exploitation des mineurs concerne 147.000 enfants au Maroc en 2010

Les statistiques sur le travail des enfants au Maroc restent alarmantes. Selon les dernières données fournies par le Haut Commissariat au Plan (HCP), le travail des enfants âgés de 7 à moins de 15 ans a concerné 147.000 personnes en 2010, soit 3% de l’ensemble des enfants de cette tranche d’âge. Malgré ce chiffre important, le HCP note que le phénomène est en nette régression depuis 1999 , date à laquelle ils étaient au nombre de 517.000, soit 9,7% de l’ensemble des enfants. Par comparaison à l’année 2009 où ils étaient 170.000 à travailler, l’emploi des enfants a diminué de 23.000.
A noter que ces chiffres qui ont dévoilé à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants célébrée le 12 juin sont tirés de l’enquête permanente sur l’emploi qui touche annuellement un échantillon de 60.000 ménages. Le travail des enfants est un phénomène qui est davantage perceptible en milieu rural qu’en milieu urbain. Ce déséquilibre entre ville et campagne reste constant, malgré la diminution globale de travailleurs mineurs. En effet, ils sont 134.000 personnes à travailler en milieu rural en 2010 contre 13.000 dans les villes. Selon cette enquête, plus de 9 enfants actifs occupés sur 10 (91,2%) résident dans les campagnes, ce qui montre que le travail des enfants reste un phénomène principalement rural. S’agissant des secteurs d’activités, le HCP souligne qu’en milieu rural, 93% des enfants travaillent dans« l’agriculture, forêt et pêche». En milieu urbain, ils sont 43,6% à travailler dans les «services» et 37,7% dans l’industrie ( y compris l’artisanat). Selon le statut de l’emploi, il est important de relever que 9 enfants actifs occupés sur 10 en milieu rural travaillent en tant qu’aides familiales. La situation est différente en milieu urbain où près de la moitié des enfants, soit 48,1% sont des apprentis et 27,8% des aides familiales. L’enquête du HCP révèle également que 20,9% des enfants travaillent en tant que salariés. Sur le plan socio-démographique, l’étude souligne que près de 6 enfants actifs occupés sur 10 sont de sexe masculin. Cette proportion est de 56,6% en milieu rural contre 87,1% en milieu urbain. 23,3% des enfants travaillent parallèlement à leur scolarité alors que 55,3% ont quitté l’école et 21,4% n’ont jamais fréquenté l’école. Malgré ce net recul, le nombre d’enfants travailleurs de moins de 15 ans continue d’être élevé au vu du Code du travail qui interdit l’emploi d’enfants âgés de moins de 15 ans, prohibe les travaux dangereux pour les mineurs de moins de 18 ans, et prévoit des sanctions légales contre les employeurs qui recruteraient des enfants âgés de moins de 15 ans. Rappelons à ce sujet que le Maroc a procédé à une révision de la liste des travaux dangereux avec le décret N° 2.10.183 publié au Bulletin officiel le 13 décembre 2010. Ce décret fixe à 33 le nombre des travaux interdits. Cette liste interdit ainsi plusieurs travaux notamment le travail dans les égouts, le travail dans les tanneries, les travaux de ramassage et de traitement des ordures, la fabrication et transport des explosifs… Quant aux petites bonnes, celles-ci continuent d’être maltraitées en l’absence d’une loi qui serait en mesure de les protéger. Le projet de loi élaboré par le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité accuse du retard. Depuis avril 2009, ce texte est toujours à l’étude au secrétariat général du gouvernement. Sur le plan mondial, près de 250 millions d’enfants, âgés de 5 à 14 ans, doivent travailler pour gagner leur vie ou aider leurs familles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *