Enquête sur le comportement digital des marocains: Technologie tous azimuts

Enquête sur le comportement digital des marocains: Technologie tous azimuts

Le Maroc semble être un marché au potentiel inexploré en termes de technologies de l’information et de la communication (TIC), particulièrement en ce qui concerne les appareils connectés. Une enquête initiée par la multinationale spécialisée en informatique et micro électronique Intel révèle que l’utilisation de technologies «anciennes» représente un frein à la créativité des marocains.

«Le marocain est avide de technologie, il n’est pas en marge de l’évolution que connaît le monde dans ce sens et il n’y a aucune raison pour qu’il ait accès à ce type de technologie en retard», un constat sans appel relevé par Karim Bibi Triki, directeur général d’Intel en Afrique du Nord, et que les chiffres ne font que confirmer.

Selon cette enquête, 84% des marocains connectés possèdent au moins un appareil informatique personnel et plus de la moitié en ont plus d’un. L’ordinateur portable arrive en tête de liste à cet égard, accaparant 61%. Du côté des ordinateurs de bureau, bien que leur utilisation soit en déclin en faveur d’appareils plus mobiles, ils représentent toujours 46% des appareils utilisés dont près de la moitié (49%) ont plus de 3 ans. Les tablettes, quant à elles, seraient toujours en croissance mais plutôt considérées comme un appareil supplémentaire que 28% des marocains connectés utilisent en plus de leurs ordinateurs.  

L’un des objectifs de l’enquête était d’explorer le comportement digital des marocains. Elle établit ainsi le profil de l’internaute marocain. Celui-ci semble évoluer vers la création plutôt que la consommation de contenu en ligne. Ce phénomène, qui peut s’expliquer par la montée en puissance des réseaux sociaux et l’évolution du Web vers une plate-forme collaborative, se traduit par un chiffre du moins impressionnant: 79% des marocains connectés se considèrent comme «créatifs», et 46% d’entre eux pensent que leur potentiel est freiné par les capacités limitées de leurs appareils.

Ce dernier constat est réaffirmé par le taux des répondants ayant l’intention de remplacer leurs appareils qui s’élève à 67%. Leur premier choix se porte sur l’ordinateur portable (52%), suivi des tablettes (29%) puis l’ordinateur de bureau (18%).

L’enquête en question a été menée via les services du spécialiste des sondages en ligne Averty, sur un échantillon représentatif de 2.500 marocains connectés âgés de plus de 18 ans. Par conséquent, elle ne prend en compte que les personnes ayant déjà accès à internet. Ces chiffres sont donc à relativiser puisque, selon l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), le taux de pénétration d’Internet au Maroc n’était qu’à 23,5% à la fin du deuxième trimestre de 2014. Il faut, par ailleurs, noter que l’enquête était plutôt orientée vers les solutions proposées par Intel.

L’étude exclut, par exemple, les smartphones de la catégorie «appareils informatiques», bien que ce soit un marché en pleine croissance : selon les derniers chiffres de l’ANRT, le nombre de marocains équipés en smartphones a plus que doublé entre 2012 et 2013, atteignant 7,4 millions de terminaux.

Par: Sara El Majhad
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *