Enquêtes sur les hépatites

Le Maroc dispose de l’infrastructure requise pour réaliser des enquêtes sur les infections hépatiques, nécessaires à une action efficace de prévention contre les hépatites B et C, a indiqué le professeur Mohamed Hassar, directeur de l’Institut Pasteur de Casablanca. Dans une déclaration à la MAP, en marge d’une journée d’études, tenue samedi à Casablanca, sur les hépatites B et C, M. Hassar a affirmé que le Royaume compte plusieurs centres qui maîtrisent parfaitement les techniques de biologie moléculaire utilisées dans le traitement de ces pathologies, ainsi que  des compétences scientifiques de valeur en mesure de mener à bien des enquêtes sur ces infections, devenues un sérieux problème de santé publique.   »Il ne faut pas avoir peur de ces techniques, dès lors qu’on a pas mal de scientifiques de valeur », a-t-il tenu à préciser, notant, toutefois, que le pays reste en manque d’études épidémiologiques à grande échelle, nécessaires pour une action efficiente de prévention.  Il a, par ailleurs, relevé que le taux de prévalence, au Maroc, des maladies hépatiques varie entre 1 et 1,2%, qualifiant de  »préoccupant » ce constat.
Parmi les obstacles à la mise en place et à la généralisation de traitements efficaces contre ces maladies, a expliqué M. Hassar, les prix  »excessivement » chers des techniques de biologie moléculaire. Les participants à cette rencontre ont focalisé leurs travaux sur les moyens  de mettre les derniers progrès scientifiques au service d’un traitement et d’un  suivi efficaces des infections hépatiques, avec en toile de fond un débat autour des nouvelles approches diagnostique et thérapeutique La situation épidémiologique des hépatites virales au Maroc, l’apport de la biologie moléculaire dans le diagnostic et le suivi thérapeutique, ainsi que les traitements actuels et perspectives thérapeutiques des hépatites B et C, figurent parmi les principaux thèmes débattus lors de cette journée. Ont pris part à cette rencontre organisée par l’Institut Pasteur  du Maroc, plusieurs experts et chercheurs marocains et français.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *