Enseignement : Comment éviter le trac pendant les examens

Enseignement : Comment éviter le trac pendant les examens

De nombreux élèves se préparent à passer des examens à la fin de l’année. Mais lors de l’examen, l’étape ultime, le trac devient le premier ennemi de l’élève car il domine sa pensée et son esprit. Le Trac se manifeste par une sensation de malaise et de peur intense. Au jour de l’examen, ce phénomène peut engendrer des effets néfastes sur la prestation et le résultat de l’élève . Ce dernier se voit paniqué, anxieux et même surmené. Pourquoi les examens sont-il source de trac ? Selon le psychologue Nabil Ghazaoune, «la situation d’être en examen est angoissante, stressante en tant que telle parce qu’elle nous renvoie à tout ce matériel d’affects et d’émotions refoulé de la traversée œdipienne de notre pulsion libidinale». Deux raisons principales sont à l’origine du trac durant l’examen. Selon Lahkim Hassane, encadrant et enseignant au Centre pédagogique de Rabat (CPR), il y a des raisons subjectives liées à l’histoire personnelle et d’autres objectives liées aux conditions d’apprentissage. L’interdépendance entre les deux raisons accroît le trac et peut générer un blocage total. Ainsi les facteurs du premier genre sont dus à un manque de confiance en soi. Les deuxièmes résultent essentiellement du manque de connaissances, de lacunes de compréhension et d’assimilation de certaines leçons ou du manque du savoir-faire nécessaire chez l’élève pour passer les examens. «Aussi au cour de la préparation de l’examen, le trac empêche la bonne assimilation de la matière à apprendre et compromet la phase d’apprentissage. Pendant l’examen, le trac s’accompagne de symptômes physiques et psychologiques sévères», a indiqué M. Lahkim. Le trac engendre chez l’élève des symptômes plus visibles comme le tremblement qui affecte les mains, les bras et les jambes. Dans certains cas, il se généralise même à l’ensemble du corps. C’est le cas de Khadija, âgée de 17 ans. «L’idée d’examen en elle-même me fait paniquer durant toute la période avant l’examen. Je travaille énormément mais le jour de l’examen, je n’arrive pas à me concentrer ni à gérer mon temps. Je me bloque». Afin d’aider l’élève et l’encourager à dépasser le trac durant la période des examens, les parents doivent jouer un rôle primordial. «Certains parents projettent leurs idéaux et leurs propres angoisses sur leur enfant. La situation d’examen devient intolérable pour l’élève, parce que celui-ci se représentant comme l’idéal parental, ne peut concevoir l’erreur (ou un résultat non-conforme à l’attente des parents) que comme dévalorisante et destituant de son idéal. Ce serait une catastrophe de décevoir ses parents», explique M. Ghazouane. M. Lahkim a noté pour sa part que «les parents doivent accompagner leurs enfants et leurs laisser le choix de ce qu’ils veulent faire et non pas choisir à leur place, aider l’enfant à gérer son emploi de temps durant la préparation et créer un climat favorable». Et de poursuivre : «Les parents doivent également montrer de l’indulgence en cas d’échec. Et il ne faut pas maltraiter verbalement ou physiquement leur enfant. L’idéal serait de dédramatiser la situation». Ainsi avoir le trac n’est pas une maladie. C’est juste une peur intense passagère. L’élève doit dominer ce sentiment et le contrôler pour avoir de bons résultats. Il doit surtout se préparer mentalement et physiquement pour avoir confiance en lui et se concentrer sur l’essentiel, se motiver et se re-motiver. «Les personnes qui angoissent particulièrement en périodes d’examen, doivent consulter un psy ou un coach bien avant les examens. S’ils ne peuvent pas pour des raisons qui les dépassent, ils doivent savoir que leur angoisse se situe bien au-delà de la situation d’examen», a conclu M. Ghazouane.


 Quelques conseils pour maîtriser le trac durant l’examen
L’élève doit se préparer sur les plans physique, psychologique et technique durant la période des examens. Selon le psychologue M.Ghazouane: «sur le plan physique, l’élève doit veiller sur son bien-être corporel, son look et habillement, etc. Sur le plan psychologique : il doit apprendre à maîtriser ses émotions et à prendre le risque ; travailler son estime de soi, sa capacité à relativiser, à positiver (le temps, le lieu, le sujet, la réponse et l’avenir) à différer, à réinvestir et se faire plaisir !». Quant au niveau technique, il doit bien apprendre ses leçons (qui sont au fond comme les règles d’un jeu, celui de l’examiné-l’examinateur), intégrer la connaissance au point de pouvoir la transmettre, s’assurer de ses outils et techniques de communications (du stylo jusqu’à la formule de politesse que l’on distribue autour de soi.).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *