Entraide nationale : La Cour des comptes sort ses cartons rouges

Entraide nationale  : La Cour des comptes sort ses cartons rouges

La gestion de l’Entraide nationale (EN) laisse à désirer. Dans son rapport publié il y a près d’une quinzaine de jours, la Cour des comptes relève de nombreuses failles au niveau du mode de gestion de cet établissement public. A commencer par les décisions prises par le directeur de l’EN sans l’aval du conseil d’administration (CA). A ce sujet, la Cour note qu’en décembre 2010, le directeur a procédé à la vente d’un terrain destiné à la construction du siège sans l’accord du CA.  Le conseil a alors engagé en 2011 une action en justice afin de suspendre cette session. Ce qui n’a pas empêché le directeur de procéder la même année à l’acquisition et l’aménagement d’un immeuble à Rabat pour un montant de 22 MDH sans décision préalable du CA. En réponse à ces accusations, le directeur explique que «cette acquisition s’est faite après accord de la présidente du conseil d’administration de l’EN en se basant, d’une part, sur l’autorisation du chef de gouvernement (lettre n° 2175 du 19 octobre 2011) et, d’autre part, sur la résolution n° R2/2011 du CA tenu le 3 février 2011». Et d’ajouter que «cette résolution attribue à la ministre de développement social, de la famille, de la femme et de la solidarité en tant que ministre de tutelle, tous les pouvoirs pour superviser la gestion de la période transitoire, notamment la supervision de la gestion des ressources humaines et financières de l’EN».
Par ailleurs, la Cour pointe du doigt le faible nombre d’opérations de contrôle et d’inspection de l’EN auprès des associations gérant les établissements de protection sociale (EPS). Notons qu’entre 2005 et 2011, l’EN n’a réalisé que 190 missions de contrôle. Malgré une tendance à la baisse des associations contrôlées, le nombre de celles subventionnées a augmenté. Sur ce volet, le directeur de l’EN tient à préciser que cette tendance décroissante des contrôles, notamment entre 2008 et 2009, est due à la priorité accordée par le CA à la mise à niveau des EPS par rapport aux dispositions de la loi 14-05. Ce dernier ne manque pas de souligner qu’au total 830 diagnostics participatifs ont été réalisés. Ceux-ci ont notamment concerné l’évaluation de la gestion des associations gérant ces établissements.
Le rapport met également en exergue le manque de matériel et d’hygiène dans certains centres d’éducation et de formation (CEF).
La majorité de ces centres qui se situent dans des locaux à usage d’habitation souffrent de mauvaises conditions d’hygiène, de sécurité et de salubrité. Quant aux équipements existants, ils sont non seulement insuffisants par rapport au nombre de bénéficiaires mais dans la plupart des cas vétustes, amortis ou en panne. Pour le directeur de l’EN, les CEF, récemment construits, répondent aux normes et assurent des prestations de qualité satisfaisantes. Pour les plus anciens, le directeur précise qu’un programme de réaménagement a été lancé pour les centres ayant besoin d’une réhabilitation.
S’agissant des dons en nature (huile de table et farine), ceux-ci bénéficient à deux associations actives dans le domaine de la promotion des aveugles, des paralytiques et des invalides. La Cour des comptes reproche à l’EN de ne pas faire bénéficier de ces dons d’autres associations ayant les mêmes objectifs. Autre constat : l’EN ne procède pas à une répartition directe de ces dons aux bénéficiaires. Les dons sont reçus et répartis par l’association sur la base d’une liste des bénéficiaires établie par ses soins. Et par conséquent, l’EN ne dispose pas d’informations sur la manière selon laquelle ces listes ont été établies et sur les conditions d’éligibilité des bénéficiaires aux dons. Suite à cette observation, le directeur de l’EN explique que ces aides (60 kg de farine et 9 litres d’huile par trimestre par bénéficiaire) ne sont pas uniquement accordées à deux associations mais au profit de 4.102 bénéficiaires appartenant à 147 associations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *