Entrepreneuriat social: Bon cru pour Espace Bidaya

Entrepreneuriat social: Bon cru pour Espace Bidaya

Six projets ont pu être accompagnés depuis le lancement, à savoir Biopost, Bonum Common Good, Kech Kech Green, Med Trucks, Step Mobile et Zen Garage Academy.

Espace Bidaya inaugure sa première promotion d’entrepreneurs sociaux. Les organisateurs ne s’attendaient pas du tout à l’affluence qu’à connue l’inauguration de l’espace dédié à la cause. La présentation des projets retenus dans le cadre du premier appel d’offres a suscité, en effet, bien des émules. Et l’appel à candidatures de la seconde promotion a également été lancé pour que les porteurs de projets potentiels puissent déposer leurs candidatures.

C’est là la finalité du Comptoir de l’Innovation (CDI) qui a été créé en 2010 pour accompagner les initiatives dans l’entrepreneuriat au Maroc. Pour rappel, cette organisation non gouvernementale s’appuie sur l’expertise du groupe SOS s’articulant sur quatre volets, à savoir, l’inspiration, l’évaluation, le financement et l’incubation. Sur le plan financier, le CDI gère deux fonds de capital développement de 40 millions d’euros qui investissent dans des entreprises sociales françaises pour les accompagner dans un changement d’échelle. Au Maroc, c’est la fondation Drosos qui soutient l’initiative, tant sur le plan financier que sur le plan de l’ingénierie des projets.

Le témoignage d’Amina Slaoui, présidente de l’AMH et marraine de l’espace Bidaya, révèle aussi une volonté d’accompagner les populations à mobilité réduite dans l’insertion sociale mais aussi professionnelle, sans attendre forcément les pouvoirs publics qui butent depuis très longtemps sur la question législative. Le témoignage de la militante pour la condition du handicap au Maroc est éloquent.

Représentant les 25.000 membres de l’association, Mme Slaoui a expliqué en effet que pour la pérennité de l’association, il a fallu migrer vers l’entrepreneuriat social. Le fonctionnement de l’ONG a donc été orienté en pôles de compétences, telle qu’une entreprise sauf que le but est non lucratif. Et c’est essentiellement celui de la santé qui prime dans le cadre de la rééducation des personnes à mobilité réduite. Plusieurs initiatives ont été menées dans ce sens et le pôle formation s’est imposé naturellement dans le même domaine grâce à l’Ecole Tahar Sebti. «Nous y proposons une formation d’aide- soignante pour donner la chance aux personnes qui n’ont pas le bac d’avoir un avenir dans le domaine paramédical. Après trois ans, le succès est réel», atteste la marraine d’Espace Bidaya.

Et c’est dans cette optique que l’espace Bidaya compte créer de la synergie en accueillant également les porteurs de projets de l’association. Pour l’heure, 6 projets ont pu être accompagnés depuis le lancement, à savoir Biopost, Bonum Common Good, Kech Kech Green, Med Trucks, Step Mobile et Zen Garage Academy.
L’équipe à l’origine du premier projet est constituée de trois personnes toutes convaincues de la nécessité de contribuer à l’amélioration de l’environnement par la gestion des déchets et la prévalence du secteur de l’informel. Le projet Biopost repose en effet sur la commercialisation d’un compost bio de grande qualité. Le but étant le recyclage des déchets organiques produits par les hôtels les restaurants, et les bars. En plus de la préservation de l’environnement, la récolte et le traitement des déchets par les chiffonniers permettront de les intégrer dans le circuit formel en leur offrant de la dignité au travail. Le projet est en quête de financement. Le montant d’un compost avoisinant les 50.000 DH.

Bomum Common Good est un projet qui se positionne dans le conseil et le team bulding solidaire. «Représentant le continent africain à l’advisory council du Global Pro Bono Network, Bilal s’est engagé à développer le pro bono au Maroc et à terme en Afrique», expliquent les organisateurs. Ce programme repose sur trois axes,  à savoir les collaborateurs (leadership et travail d’équipe), l’entreprise (former et garder ses talents) et l’association qui gagne en valorisation de compétences. L’idée de lancer Kech Kech Green vient d’une initiative purement écologique. Youssef et Adil, les deux porteurs du projet, proposeront aux tour-opérateurs de Marrakech des tuk-tuks électriques, guides par des employés en insertion professionnelle.

Pour ce qui concerne Med Trucks, le projet repose sur des unités de soins mobiles pour les personnes habitant dans des zones enclavées et nécessitant des séances de dialyse. Le projet tient à l’association de deux ingénieurs, Anass et Jamir, et d’une titulaire d’un master en commerce international, Asmae. Autre projet se positionnant, cette fois-ci, dans le domaine des traitements des eaux usées, Stepmobile compte apporter une solution viable pour épurer les eaux industrielles.

Expert du domaine, Zouhair compte à travers sa formation initiale et son expérience professionnelle sensibiliser non seulement les industriels mais aussi placer sa solution d’épuration. Enfin, ZenGarage Academy représente un centre de formation professionnelle en mécanique destiné aux jeunes en situation de précarité. Et c’est Issam et Nassim qui comptent vendre cette idée à tous ces jeunes travaillant dans les garages sans formation ni conditions stables de travail.

Bref, l’initiative globale permettra d’accompagner les avancées du pays dans le domaine de l’entrepreneuriat social. La multiplication des incubateurs à travers le territoire national permettra de donner également à l’action une dimension liée à la régionalisation. Ce n’est que de cette manière que le processus avancera de manière harmonieuse. Les enjeux sont réels quand on connaît le degré de pauvreté du Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *