Entretien : «Il faut réorganiser le secteur de l’intérim»

Entretien : «Il faut réorganiser le secteur de l’intérim»

ALM : Comment évaluez-vous la situation du travail intérimaire au Maroc ?
Dominique Ney : L’état des lieux du secteur du travail intérimaire est catastrophique. Ces dernières années, l’emploi informel gagne de plus en plus de terrain et se développe d’une manière inquiétante. Le Maroc compte plus de 400 entreprises spécialisées dans le travail temporaire. Cependant, les abus sont légion dans ce secteur.
Une telle situation n’est pas sans conséquences graves. Il est donc nécessaire de réorganiser ce secteur d’activité porteur pour le promouvoir et en tirer pleinement parti.

Adecco s’est installé au Maroc en 1991. Combien d’agences a-t-il  créées depuis lors ?
Adecco s’est effectivement installé au Maroc en 1991. Aujourd’hui, nous disposons de six agences implantées dans différentes villes du Royaume, à savoir Agadir, El Jadida, Tanger, Meknès, Rabat et Casablanca. Nous employons près de 5000 personnes.
De plus en plus d’entreprises, dans les différents secteurs (bâtiment, industriel, agricole, agroalimentaire, pharmaceutique) ont recours au travail temporaire. Quand elles ont une surcharge de travail ponctuelle, elles n’hésitent pas à faire appel aux intérimaires. Cette forme d’emploi est très flexible et leur permet de répondre à la demande. Pour leur part, les candidats préfèrent les emplois fixes et permanents. Selon eux, cette forme d’emploi leur garantit une certaine stabilité. Mais, je pense que le travail temporaire est un tremplin pour l’obtention d’un emploi permanent. En outre, un candidat intérimaire, qui a travaillé dans différentes entreprises, se distingue par une expérience qui lui permet de développer ses potentialités et d’accéder ainsi facilement à un emploi permanent. Il est donc conseillé de commencer en tant qu’intérimaire, de démontrer ses capacités et d’enrichir ses connaissances. Ainsi, le profil et la polyvalence qu’on acquiert deviennent des aouts sur le marché de l’emploi.

Quel est le montant des salaires versés aux intérimaires ?
Les salaires des intérimaires sont fixés par l’employeur. Mais, nous exigeons de l’entreprise qui les emploie de respecter le SMIG. Ainsi, un employé qui a travaillé 191 heures recevra un salaire de 1846 DH. Il faut noter par ailleurs que les montants des salaires dépendent des qualifications.

Où en-est on par rapport au code du travail ?
Le code du travail n’est pas adapté à notre activité. Selon la réglementation en vigueur, le contrat de travail temporaire est conclu pour six mois non renouvelables. Je crois qu’une révision des textes est nécessaire pour donner au secteur une cohérence juridique.
Il faut mettre en place des mesures encourageantes pour développer davantage ce secteur qui contribue largement à la résorption du chômage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *