Entretiens entre Radi et le président du PE

Le président de la Chambre des représentants, M. Abdelouahed Radi, a évoqué, mercredi à Bruxelles, avec son homologue du Parlement européen, M. Pat Cox, la situation dramatique des prisonniers marocains détenus à Tindouf (Algérie).
Lors de cet entretien, qui s’est déroulé en présence de Mme Aïcha Belarbi, ambassadeur du Maroc auprès des Communautés européennes, M. Radi a insisté sur la situation dramatique de ces prisonniers détenus dans des conditions physiques et morales inhumaines, et qui sont considérés comme les plus anciens prisonniers au monde.
Le président de la Chambre des représentants a appelé M. Cox à user du poids politique et moral du Parlement européen (PE) pour mettre fin à ce drame humanitaire. Plus de 1260 Marocains sont détenus depuis près d’un quart de siècle dans les geôles de Tindouf. Il a également dévoilé l’utilisation, à des fins de chantage matériel et politique, de la détresse des séquestrés retenus dans les camps de Tindouf, rappelant que cette situation est contraire au droit international humanitaire et particulièrement à la Convention de Genève de 1949.
Tout en appelant à une contribution du PE pour mettre un terme à cette situation, M. Radi a rappelé la totale coopération du Maroc avec l’ONU, son Secrétaire Général et l’envoyé personnel de celui-ci, M. James Baker, pour parvenir à un règlement de la question du Sahara dans le respect de l’intégrité territoriale du Royaume.
La rencontre Radi-Cox a été également l’occasion d’un échange de vues sur la crise irakienne et le problème du Proche-Orient. Les deux responsables ont insisté sur la nécessité d’oeuvrer pour éloigner le spectre de la guerre de cette région sensible et sur le rôle de l’ONU pour parvenir à la paix. M. Radi a mis en garde contre lles conséquences d’une guerre sur la stabilité internationale et la coexistence entre les cultures et les civilisations. Tout en appelant au renforcement du camp de la paix, il a rappelé la résolution votée, jeudi dernier, par le Parlement européen contre la guerre en Irak.
Concernant la crise au Proche-Orient, les deux parties ont souligné la nécessité de rétablir la confiance pour parvenir à un règlement du conflit et l’instauration d’une paix juste et durable. Le président de la Chambre des représentants a indiqué, à ce propos, que la fin de l’occupation israélienne et le rétablissement du peuple palestinien dans ses droits constituent la clé de tout règlement juste de la question palestinienne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *