Environnement et cadre législatif

Les recommandations de la session de clôture, présidée par le ministre chargé de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, Mohamed El Yazghi, ont notamment mis l’accent sur l’urgente nécessité de mettre en oeuvre le Code de l’environnement et de rendre opératoire le plan national de l’environnement en plus de la promotion et la diversification des sources de financement des projets relatifs à ce domaine.
Concernant le rôle du conseil, les recommandations ont mis en exergue l’impératif d’une révision de la loi régissant cette institution et du renforcement de la coordination avec les autres conseils concernés par les questions de l’environnement tout en soutenant la représentativité et le rôle des organisations de la société civile, des opérateurs du secteur privé et des établissements scientifiques au sein des structures du Conseil.
La session a également recommandé, dans le cadre de la dynamisation de l’approche participative concernant la gestion de la problématique de l’environnement, le renforcement du rôle de la femme dans le processus du développement durable et le soutien des programmes éducatifs et médiatiques relatifs à la protection de l’environnement en plus de la consécration du partenariat entre tous les intervenants et l’intégration des dispositions des conventions internationales adoptées par le Maroc dans l’arsenal juridique marocain.
Le Conseil a en outre, préconisé la création d’une Commission nationale pour préparer la participation marocaine au sommet mondial sur le développement durable, prévu en août prochain à Johannesburg en Afrique du sud.
Créé, il y a vingt ans, le Conseil national a connu une restructuration à la suite de la publication d’un décret en 1995, et a tenu depuis trois sessions en 1995, 1996 et 2000

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *