Environnement : La 3ème phase du programme national des déchets ménagers sur les rails

Environnement : La 3ème phase du programme national des déchets ménagers sur les rails

Le PNDM a pour principaux objectifs d’assurer la collecte et le nettoiement des déchets ménagers  pour atteindre un taux de collecte professionnalisée (gestion déléguée) de 90% en 2022 et 100% en 2030.

Accompagner  la réalisation des projets de déchets ménagers appuyés dans le cadre du PNDM en vue d’en assurer la programmation, le suivi et l’évaluation. C’est en substance l’objectif de l’appel d’offres lancé en début du mois d’août par le secrétariat d’Etat auprès du ministre de l’énergie, des mines et du développement durable chargé du développement durable. Pour ainsi situer le contexte, les besoins en services de base et surtout ceux liés à la gestion des déchets ménagers se font de plus en plus sentir, notamment avec la forte croissance démographique et l’urbanisation accélérée. Dans ce sens, la gestion des déchets ménagers qui va depuis la collecte et le transport jusqu’à l’élimination constitue aujourd’hui un enjeu social et environnemental, et également un enjeu économique majeur, selon la tutelle.

Partant de là, un programme national des déchets ménagers (PNDM) pour améliorer la gestion et mettre à niveau le secteur des déchets en milieu urbain a été mis en œuvre. Il a pour principaux objectifs d’assurer la collecte et le nettoiement des déchets ménagers pour atteindre un taux de collecte professionnalisée (gestion déléguée) de 90% en 2022 et 100% en 2030. Il vise également à réaliser les centres d’enfouissement et de valorisation des déchets ménagers et assimilés au profit de tous les centres urbains (100%) en 2022 et à réhabiliter ou fermer toutes les décharges existantes (100%) en 2022.

Ce programme ambitionne aussi de généraliser les plans directeurs de gestion des déchets ménagers et assimilés à toutes les préfectures et provinces du Maroc et de développer la filière de «tri-recyclage-valorisation», avec des actions pilotes de tri, pour atteindre un taux de 20 % du recyclage et la valorisation supplémentaire, sous différentes formes, d’au moins 30% des déchets générés à l’horizon 2022.

Plus encore, le projet vise à former et sensibiliser tous les acteurs concernés à la problématique des déchets.

Dans le détail, les projets de ce programme sont liés à la professionnalisation de la gestion du service de collecte et nettoiement, la réalisation des Centres d’enfouissement et de valorisation, la réhabilitation des décharges sauvages, les opérations de tri-recyclage-valorisation ainsi que les prestations d’études, d’assistance technique, de communication et de formation.

Résultats probants

A ce jour, l’accompagnement du ministère de l’intérieur et du secrétariat d’Etat chargé du développement durable aux collectivités territoriales a permis d’atteindre des résultats satisfaisants selon la tutelle. En termes de chiffres, le taux de collecte professionnalisée est en hausse. Celui-ci est à 85,2% contre 44% en 2008. Cet accompagnement a permis aussi d’augmenter le taux de mise en Centre d’enfouissement et de valorisation (CEV) pour atteindre 62,44% des déchets ménagers produits, contre 10% avant 2008.

Dans le même sens, 25 CEV ont été mis en place et 49 décharges sauvages ont été réhabilitées. De plus, 64 plans directeurs de gestion des déchets ont été lancés dont 41 ont été achevés.

Après les deux premières phases du PNDM, la tutelle explique que  pour la 3ème phase, il est essentiel de capitaliser sur les acquis et d’arrêter les actions devant permettre de développer davantage la gestion du secteur et remédier aux insuffisances et aux dysfonctionnements qui compromettraient ce mode de gestion. Dans cette perspective, des mesures complémentaires d’ordre financier, institutionnel, juridique et technique seront donc engagées.

Plusieurs régions concernées

Pour y arriver, il sera donc procédé  à l’élaboration des études de faisabilité pour les services de gestion déléguée des projets de collecte et du nettoiement et des projets des Centres d’enfouissement et de valorisation (CEV), ainsi que pour la réhabilitation et la fermeture des anciennes décharges. En plus clair, ces études porteront sur la faisabilité des projets concernés de point de vue technique, environnemental, réglementaire et financier. Ces études mettront également en lumière l’importance du tri et valorisation des déchets.

Cette assistance technique pour la mise en œuvre du PNDM au profit du secrétariat d’Etat auprès du ministre de l’énergie, des mines et du développement durable chargé du développement durable est répartie en trois lots, respectivement, au niveau des Régions Fès-Meknès, Rabat -Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, l’Oriental et enfin Draa-Tafilalet et Béni Mellal-Khénifra.

Notons que la gouvernance du   PNDM est assurée par l’unité de gestion du programme (UGP) pilotée par le ministère de l’intérieur DGCL/DEA et composée du secrétariat d’Etat chargé du développement durable, du ministère de l’économie et des finances ainsi que par la Commission nationale du PNDM (CN-PNDM) présidée par le secrétariat d’Etat chargé du développement durable et composée des représentants des départements ministériels concernés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *