Escroquerie sans frontières

Escroquerie sans frontières

Claude Poirier, quinquagénaire, un Français amoureux de la nature et du Maroc, n’a pas cru encore ce qui lui est arrivé dernièrement à Mohammédia. Claude Poirier a quitté Paris le 8 novembre 1999, dans l’intention d’atteindre le Cap de Bonne de Espérance en caravane en compagnie de ses deux chiens, Zimba et Jazz. Au bout de dix mois, son rêve se réalise. Après avoir traversé 17 pays et parcouru plus de 30 mille kilomètres, il décide de s’installer au Maroc. Un choix qui ne fut pas arbitraire, mais par amour de ce pays du soleil. En s’y installant, il crée sa propre maison d’édition, Népenthès, et il décide de publier un guide touristique nommé: "Maisons d’Hôtes et Hôtellerie de Charme au Maroc". Le premier numéro de guide a été publié en 2002. Depuis, il le met, chaque année, à jour. Cet homme loyal et jouissant d’une bonne réputation et qui demeure actuellement au 203 plage des Sablettes à Mohammédia est tombé dernièrement entre les mains des escrocs subsahariens.
L’intrigue commence le matin du lundi 7 février. Le Français quitte Mohammédia à destination de Rabat. Claude Poirier voulait emmener son chien malade chez un vétérinaire. Dans son chemin, il croise un jeune homme nommé Pierre Mohamed Guei. Après une brève conversation, ce dernier se fait passer pour le pilote personnel de Mme Bongo, la femme du président du Gabon, Hadj Omar Bongo. Le jeune homme a déclaré avoir des relations avec des hommes d’affaires ivoiriens qui souhaitent investir au Maroc. Il lui a expliqué que les problèmes politiques de leur pays les empêchent d’y investir. M.Poirier lui a ensuite donné son adresse. Trois jours plus tard, Pierre Mohamed Guei accompagné de sa femme vont lui rendre visite.
Claude a commencé à leur parler de ses aventures en Afrique et leur a expliqué qu’il devait traverser la Côte d’Ivoire s’il n’y avait pas eu le coup d’Etat du 22 décembre 1999 effectué par le Général Guei. À ce moment, la femme le surprend en annonçant qu’elle est la fille du général Guei. Lui affirmant que toute sa famille a été exterminée, elle fond en larmes. Elle a ajouté que seul un frère et une sœur ont survécu au massacre et qu’ils se sont réfugiés au Maroc. Elle a ajouté aussi qu’ils séjournent chez le comptable du consulat ivoirien au Maroc. Miriam a précisé à Claude que son père a réussi avant sa liquidation de garder chez leur grand-mère trois cartons renfermant chacun 5 millions d’euros. «Ces cartons sont entre les mains du consul ivoirien à Rabat que des sympathisants lui ont emmenés par le biais de la valise diplomatique. Le consul ne sait rien de l’argent parce qu’il croit qu’ils ne contiennent officiellement que l’ivoire», lui a-t-elle declaré. Un mois plus tard, Miriam a téléphoné à Claude, qui vient de retourner de la France, et l’a supplié de l’aider. «Tu es la seule personne qui peut m’aider, tu es mon dernier espoir», lui avance-t-elle au téléphone. Elle lui a demandé de lui prêter une somme de 12 mille euros. «C’est ce qui me  manque pour récupérer le premier carton», lui précise-t-elle.  Elle lui a ajouté que les cartons ne peuvent pas être ouverts devant le consul qui croit qu’ils referment de l’ivoire. Ne lui donnant pas de suite, Miriam lui a retéléphoné une autre fois, quelques jours plus tard pour ne lui demander que 5700 euros. «C’est ce qui me manque maintenant après m’être débrouillée pour avoir le reste de chez quelques compatriotes», lui rassure-t-elle. Une semaine plus tard, elle lui a affirmé qu’il ne lui manque que 4500 euros. Claude fini par céder et retire de son compte la somme en dirhams pour la lui donner. Le soir du lundi 21 mars, Pierre Mohamed part acheter des cigarettes. Puis il disparaît et ne donne aucun signe de vie. Convaincu d’être arnaqué, Claude a porté plainte contre le couple. Il a, par ailleurs, mis entre les mains du procureur du Roi et la police de Mohammédia un passeport qui semble être faux document. En attendant que les deux escrocs subsahariens soient arrêtés, une source policière a précisé que plusieurs personnes ont été filoutées de la même façon que Claude et que les investigations se poursuivent pour les tirer au clair.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *