Espagne : Le juge libère un Marocain

Espagne : Le juge libère un Marocain

Le juge espagnol, Juan del Olmo, a ordonné, mardi à une heure tardive de la nuit, la libération sans condition du Marocain Farid Oulad Ali, 34 ans, après avoir constaté une insuffisance de preuves. Oulad Ali avait été arrêté en compagnie de trois autres citoyens marocains le jeudi 18 mars dans le cadre de l’enquête sur les attentats terroristes du 11 mars à Madrid.
Le juge espagnol a, par ailleurs, ordonné l’incarcération des trois Marocains, Abderrahim Zbakh, 34 ans, Abdelouahed Berrak, 33 ans, Mohamed El Hadi Chedadi, 38 ans, et de l’Espagnol, José Emilio Suarez Trashorras, arrêtés le même jour en compagnie de Oulad Ali. Selon la décision du juge espagnol, Farid Oulad Ali, 34 ans, a été libéré sans condition « car il n’existe pas en principe d’éléments incriminatoires à son encontre ».Concernant Zbakh, del Olmo l’a accusé d’être l’un des auteurs des attentats perpétrés dans les gares ferroviaires de la capitale espagnole et qui ont fait 202 morts et plus de 1.500 blessés. Les deux autres Marocains, Berrak et Chedadi, ils ont été accusés pour appartenance et collaboration avec une organisation terroriste L’Espagnol José Emilio Suarez Trashorras a, quant à lui, été « mis en cause » pour vol d’explosifs et de complicité dans l’assassinat terroriste de 190 personnes et de 1.430 tentatives d’assassinats terroristes ainsi que de quatre destructions de trains.
Cette décision porte à neuf le nombre de personnes inculpées pour leur rôle dans les attentats. Au total, 13 suspects sont détenus par les autorités espagnoles. Les cinq hommes ont été arrêtés jeudi dernier. Quatre nouvelles personnes ont été interpellées lundi.
Il est à signaler que, selon les premiers éléments de l’enquête, il a été confirmé que Mohamed El Hadi Chedadi est le frère d’un autre Marocain arrêté en Espagne en 2001 pour son appartenance à la cellule espagnole d’Al Qaïda, démantelée en 2001 par le juge Baltasar Garzon qui l’accuse d’implication dans les attentats du 11 septembre 2001. devant del Olmo, Mohamed El hadj a nié être impliqué dans les attaques de Madrid et a affirmé avoir appris la nouvelle le matin du 11 mars en regardant la télévision avec son fils. De son côté, Abdelouahed Berrak a reconnu qu’il connaît le principal suspect, Jamal Zougam, qui est son associé dans le salon de coiffure que les deux tiennent à Madrid. Il reconnut aussi avoir eu des relations avec le chef de la cellule espagnole d’Al Qaïda, arrêté à Madrid en novembre 2001, Imad Eddine Yarkas alias Abou Dahdah.
S’agissant de l’Espagnol José Emilio Suarez, un ancien mineur, il a avoué avoir aidé des citoyens marocains résidant en Espagne à se procurer les explosifs mais a assuré qu’il ne savait pas l’usage qu’ils allaient en faire. Ces Marocains demeurent toujours en liberté et font l’objet de recherche actives de la part des services de sécurité.
Par ailleurs, les services de sécurité espagnols ont mis en place un grand dispositif de coopération avec les services de sécurité de quatre pays européens, à savoir l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni. Les cinq services de sécurité de ces pays ont créé une cellule qui tient des réunions régulières à Madrid auxquelles participent les services marocains dont une équipe participe activement à l’enquête depuis le 14 mars. Rappelons que les services de sécurité marocains avaient alerté à maintes reprises leurs homologues européens, notamment espagnols, sur l’existence d’indices sur la planification par des extrémistes d’attentats sur le territoire espagnol. Les services de renseignements marocains ont ainsi informé les autorités compétentes espagnoles sur la présence en Espagne de plusieurs membres de la nébuleuses terroriste de la Salafiya Jihadia impliqués dans les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *