Espérance de vie : Les Algériens et les Tunisiens vivent plus longtemps que les Marocains

Espérance de vie : Les Algériens et les Tunisiens vivent
plus longtemps que les Marocains

Les Marocains vivent plus longtemps. L’espérance de vie à la naissance au Maroc est passée de 64,1 ans en 1980 à 71,6 en 2010. Les Marocains ont ainsi gagné 7,5 ans en l’espace de 30 ans.  Cela dit, les hommes vivent moins longtemps que les femmes avec une espérance de vie de 69,4 ans en 2010 contre 73,9 ans pour le sexe féminin. C’est ce qui ressort du rapport de la Banque africaine de développement (BAD) de novembre 2011 sur l’espérance de vie des Africains. Selon le rapport, l’espérance de vie à la naissance des Algériens et des Tunisiens est plus élevée que celle des Marocains. En effet, celle-ci s’est établie à 72,7 ans en Algérie contre 74,2 en Tunisie. En Afrique, l’espérance de vie à la naissance est passée de 52,7 ans en 1990 à 56 ans en 2010.
Autre constat : les Marocaines font de moins en moins d’enfants. Le taux de fécondité a fortement baissé en passant de 5,65 enfants par femme en 1980 à 2,31 en 2010. A noter que ce taux est comparable à celui de l’Algérie (2,32 enfants par femme). Malgré ce progrès, les Marocaines continuent de mettre au monde plus d’enfants que les Tunisiennes pour qui le taux de fécondité n’est que de 1,83 enfant par femme. Par ailleurs, le rapport indique que les pays à revenu intermédiaire d’Afrique, tels que le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Egypte, la Tunisie, ont enregistré les plus fortes augmentations du nombre de personnes âgées. Au Maroc, le pourcentage des personnes âgées de 65 ans et plus a dépassé la barre des 5% en 2010. Le document note que le pourcentage des personnes âgées de plus de 65 ans en Afrique est passé de 3,3% en 2000 à 3,6% en 2010. La BAD relève que les personnes âgées pourraient représenter 4,5% de la population du continent d’ici 2030, et près de 10% à l’horizon 2050. Dans certains pays, la proportion de personnes âgées sera, en 2030 et 2050, proche de celle des pays industrialisés. Le rapport ne cache pas que le vieillissement de la population africaine constitue un problème étant donné que les gouvernements du continent sont mal équipés pour s’occuper du nombre croissant de personnes âgées. La BAD souligne que «dans une grande partie de l’Afrique, les gouvernements dépensent beaucoup moins d’argent sur les soins de santé que dans la plupart des pays développés. En 2005, 48 des 54 pays africains ont consacré en moyenne moins de 26 dollars par habitant aux soins de santé. En revanche, les Africains ont tendance à régler directement leurs factures d’hôpital et de consultations médicales. La même année, les ménages en Afrique ont dépensé plus de 58 dollars par habitant».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *