Essaouira patrimoine mondial

«Essaouira est un exemple remarquable et fort bien conservé de la ville portuaire fortifiée» qui a été «depuis sa création au XVIII siècle jusqu’au début du XX ème siècle un port international d’échanges commerciaux d’un très grand dynamisme». Cette déclaration émane de M. Koïchiro Matsuura directeur général de l’UNESCO lors des cérémonies qui se sont déroulées en présence de MM.André Azoulay, conseiller de S.M. le Roi et président de l’association Essaouira-Mogador, Mohamed Achaâri, ministre de la Culture et de la Communication, Najib Zerouali, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, des autorités provinciales et de plusieurs personnalités.
C’est une journée mémorable et historique qu’a vécue Essaouira avec les cérémonies organisées pour l’inscription de la ville par l’UNESCO sur la liste des sites faisant partie du patrimoine universel.
M. Matsuura a notamment souligné que la « cité des alizés » a su conserver d’une manière remarquable son tissu urbain et son mode de vie traditionnel. Il a rendu hommage à la détermination et l’enthousiasme des habitants et des institutions marocaines tant au niveau local qu’international pour la sauvegarde de cette ville et la reconnaissance de sa valeur. Et d’ajouter que désormais Essaouira fait partie de « la grande famille composée des habitants et responsables de plus de 700 sites aux quatre coins du monde dont vous aurez à partager les honneurs et les devoirs ».
Vient alors le moment de dévoiler la plaque commémorative de l’inscription de la médina d’Essaouira sur la liste du patrimoine mondial par le Comité du patrimoine universel qui s’était réuni en décembre dernier à Helsinki. Mais auparavant, plusieurs orateurs ont tour à tour souligné la profonde signification de cette décision et la responsabilité qui incombe désormais aux habitants d’Essaouira et à la communauté internationale pour préserver et sauvegarder le cachet architectural unique de la cité des alizés.
M. Matsuura s’est déclaré convaincu que l’ancienne Mogador «constituera un modèle et une référence pour tous ceux qui comprennent l’importance du patrimoine et de sa transmission aussi intacte que possible aux générations futures». Il a enfin souhaité «longue vie à cette ville ancienne mais promise encore à un bel avenir».
Pour sa part, M. Mohamed Achaâri a fait remarquer que par cette distinction internationale, Essaouira est «reconnue comme dépositaire de valeurs universelles exceptionnelles et dignes de figurer sur la liste de biens établie par l’UNESCO en vertu de la convention du patrimoine mondial ratifiée par notre pays en 1975».
Le ministre a rappelé que «les Souiris autant que les Marocains savent que (cette distinction) n’a pas été facile et que le dossier d’Essaouira nous a démontré à tous que la mise en oeuvre de la convention du patrimoine mondial a atteint un degré de maturité qui la sépare nettement de l’enthousiasme des premières années».
Le ministre s’est réjoui de l’inscription d’Essaouira sur la liste du patrimoine mondial. M. Achaâri a cité l’une des valeurs «sûres d’Essaouira», à savoir la diversité et la tolérance. Une diversité linguistique, confessionnelle, culturelle et une tolérance bâtie au cours des siècles entre ses composantes».
Comme l’a dit le ministre de la culture et de la Communication, il s’agit d’une richesse, dont nous devons nous inspirer pour contribuer à la connaissance mutuelle et à la paix dans le monde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *