Essaouira : Un ftour en prison

Essaouira : Un ftour en prison

Les prisonniers du Centre pénitentiaire d’Essaouira se sont regroupés lundi dernier autour d’un ftour offert par l’administration centrale de la prison. Une initiative qui a plu aux pensionnaires.
Organisée à l’occasion du mois sacré de Ramadan, en collaboration avec la municipalité d’Essaouira et la section locale de l’Union nationale des femmes marocaines, cette initiative a permis aux pensionnaires, mineurs et femmes en particuliers, de rompre le jeûne avec leurs proches. Ont pris part notamment à ce ftour, la présidente du conseil municipal de la  ville, Mme Asmae Chaâbi, des membres des autorités judiciaires et des représentants d’associations locales et des journalistes.
Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre de la politique d’ouverture prônée par le ministère de la Justice, a pour objectif de soutenir et de redonner espoir aux pensionnaires de ce centre, et de maintenir le contact entre ces derniers et le monde extérieur afin de faciliter leur insertion sociale, a indiqué à cette occasion le directeur de cet établissement, Zahidi Abdelhak.
 Les prisonniers ayant pris part à ce ftour ont loué cette initiative et mis l’accent sur la portée et l’impact de telle opération dans l’allègement de leurs souffrances.
 Dans ce cadre, un représentant de l’association Al Mohammadia pour la rééducation des pensionnaires du Centre de réforme d’Essaouira a déclaré à la MAP que son association, créée en octobre 2004, compte organiser une rencontre culturelle de cinq jours dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire de la ville.
Le programme de cette rencontre prévoit, entre autres, des compétitions sportives, des exposés touchant les domaines de l’histoire, de la santé, de l’environnement et de la religion, des soirées musicales, des expositions en plus de la projection de films et documentaires.
L’association va inviter, dans le cadre de ce programme qui sera marqué également par la distribution de denrées alimentaires et d’effets vestimentaires au profit des prisonniers, des artistes (musiciens et humoristes) connus sur la scène artistique nationale, a-t-il ajouté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *