Etude 2018 du CNPAC : Seulement 58% des automobilistes portent la ceinture de sécurité

Etude 2018 du CNPAC : Seulement 58% des automobilistes portent la ceinture de sécurité

Pour mieux cerner le comportement des usagers de la route, le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) réalise périodiquement des enquêtes d’observation pour mesurer des indicateurs comportementaux permettant de restituer une image fidèle de ce qui se passe réellement sur la voie publique. La dernière enquête a été réalisée en septembre 2018. Au total, 9 indicateurs ont été examinés, à savoir 7 milieux urbains (ceinture en milieu urbain, casque en milieu urbain, feu rouge, usage du clignotant, carrefour giratoire, panneau Stop, priorité à droite) et 2 en rase campagne (ceinture et casque). En milieu urbain, 53 points d’observation par indicateurs ont été sélectionnés dans 19 villes. En rase campagne, 50 points d’observations par indicateur, représentatifs de l’ensemble du réseau routier national, ont été sélectionnés. Les observations ont été effectuées de jour pendant trois jours (mardi, jeudi et samedi) durant le mois de septembre 2018, de 8h du matin jusqu’à 18h. Zoom sur les résultats de cette étude.

48% des automobilistes respectent le panneau Stop

Cette nouvelle étude révèle que seulement 48% des automobilistes respectent le panneau Stop alors que 34% le franchissent à faible vitesse et 18% ne le respectent pas du tout. Le différentiel entre les taux observés chez les hommes (48,6%) et chez les femmes conductrices (46,4%) est peu significatif. A noter que le taux de respect le moins élevé est observé chez les jeunes âgés de moins de 18 ans (15%). En revanche, les personnes âgées de 60 ans et plus ont enregistré un taux de respect du panneau stop de 52,3%. Le CNPAC fait remarquer que les deux-roues cylindres (37,9%) affichent des taux de respect du panneau nettement inférieurs à ceux des autocars et autobus (58,2%) et des grands cylindres avec un taux de 60,3%. Autre constat à signaler: les petites villes affichent le taux de respect du panneau Stop le plus élevé avec 57,3%. Ce taux est nettement supérieur à celui des moyennes des villes (50,3%), des grandes villes (47,1%) et des villes intermédiaires (42,1%).

Par ailleurs les Marocains sont encore nombreux à conduire sans ceinture de sécurité. Seulement 58,5% des conducteurs et 55% des passagers avant portent la ceinture de sécurité en milieu urbain. Le pourcentage des conductrices portant la ceinture de sécurité (87,2%) est nettement supérieur à celui des conducteurs (56,8%).

Ces taux sont plus élevés chez les conducteurs de véhicules de tourisme (84,1%) et les véhicules utilitaires légers (72%). Seulement 14,1% des chauffeurs de taxis portent la ceinture de sécurité. Pour ce qui est des passagers avant, le taux de port de la ceinture de sécurité chez les hommes est légèrement inférieur à celui observé chez les femmes (54,4% contre 55,9%). Le taux le plus faible a été enregistré au niveau de la ville de Meknès (37,8%) alors que le taux le plus élevé a été notifié au niveau de la ville de Ben Slimane (76,7%). Les comportements des conducteurs et des passagers avant sont bien corrélés : lorsque le conducteur ne porte pas de ceinture de sécurité, il y a 84% de chance que le passager avant ait le même comportement. En rase campagne, les automobilistes sont plus vigilants où le taux de port de la ceinture de sécurité atteint les 72,7% chez les conducteurs, 65,2% chez les passagers et 36% chez les passagers arrière. Il est à signaler que 91,9% des conductrices portent la ceinture de sécurité contre 71,6% des conducteurs. Les taux les plus élevés sont enregistrés chez les 18-25 ans (82,2%) et 60 ans et plus (80,9%). Par contre, les taux les moins élevés ont été observés chez les 25-40 ans et 40-60 ans avec respectivement 73% et 70,5%. La plus grande fréquence de conducteurs portant leur ceinture est observée au niveau du réseau provincial, soit 79,3%, et la plus faible au niveau du réseau autoroutier avec un taux de 68,6%. Les conducteurs des véhicules de tourisme et utilitaires légers sont plus nombreux à porter la ceinture avec des taux respectivement de 87,3% et 78,7%. Il faut rappeler que sans ceintures, les blessures peuvent être mortelles, même à 20 km/h.

Respect de la priorité à droite : les triporteurs mauvais élèves

Le CNPAC relève dans son étude que seulement 53% des automobilistes respectent la priorité de droite alors que 30% des conducteurs franchissent l’intersection à faible vitesse et 17% ne la respectent pas du tout. Les femmes respectent davantage la priorité à droite que les hommes (87,8% avec arrêt franc ou à faible vitesse contre 82,6%). Il faut aussi relever que les triporteurs (76,9%) respectent le moins cette priorité. En revanche, les autres types de véhicule respectent davantage la priorité à droite. C’est notamment le cas des véhicules utilitaires légers (86,1%), lourds (85,8%), de tourisme (85,3%) suivis des autocars et autobus (84,7%). C’est dans les villes intermédiaires (93,3%) que le respect de la priorité à droite est le plus élevé. Dans les petites villes et les grandes villes, les taux sont les moins élevés avec respectivement 75,5% et 79,3%. Le CNPAC rappelle à ce sujet que la faible vitesse lors du franchissement d’une intersection avec priorité à droite n’est pas sans danger.

Plus de 94% des automobilistes respectent le feu rouge

En milieu urbain, 94,4% des automobilistes respectent le feu rouge. Les femmes sont légèrement plus nombreuses à le respecter avec un taux de 94,6%. Le CNPAC estime que les fréquences du respect du feu rouge sont pratiquement identiques pour les classes d’âge « 25 à 40 ans», «40 à 60 ans» et «60 ans et plus» respectivement avec 95%, 94,5% et 94,3%. Elles ne sont que de 91,6% pour les jeunes âgés de 18 à 25 ans. Notons également que les taux les plus élevés de respect du feu rouge ont été observés chez les conducteurs de véhicules utilitaires lourds ( 96,7%) et des autocars/autobus (96,5%), suivis des taxis (96%), véhicules utilitaires légers (95,5%) et véhicules de tourisme (95,3%). Les deux-roues affichent des taux variant entre 87,3% pour les petites cylindrées et 92,6% pour les triporteurs. Le taux de respect le plus élevé a été enregistré au niveau des villes moyennes (97,5%), suivies des petites villes (95,8%) et les villes intermédiaires (94,8%). C’est dans les grandes villes que le taux de respect du feu rouge est le moins élevé avec 90,8%. Ces taux montrent selon le CNPAC que «la législation en matière de respect du feu rouge est la mieux respectée par tous les conducteurs».

Respect de la signalisation de changement de direction: les conducteurs moins vigilants dans les grandes villes

Le taux global d’usage de clignotant lors du changement de la direction du véhicule atteint 73,8%. L’étude précise que 78,3% des conductrices mettent le clignotant quand elles tournent contre 73,4% pour les hommes. Les «moyennes cylindrées» utilisent le moins la signalisation de changement de direction (56,9%). Les taux d’utilisation les plus élevés sont observés chez les véhicules de tourisme (77,3%), les véhicules utilitaires lourds (77,7%) et les autocars/autobus (78,5%). C’est au niveau des grandes villes que les conducteurs utilisent le moins la signalisation de changement de direction (64,8%), suivies des villes de taille moyenne (76,3%). Les automobilistes utilisent davantage le clignotant dans les villes intermédiaires (83,2%) et les petites villes (79,3%).

Les taxis respectent le moins la priorité au carrefour giratoire

Selon l’étude sur les indicateurs comportementaux, 74,6% des conducteurs respectent la priorité au carrefour giratoire. Cela dit, 25,4% des automobilistes qui empruntent le carrefour giratoire ne donnent pas la priorité aux véhicules qui sont déjà engagés sur l’anneau de circulation. Le taux de respect est légèrement plus élevé chez les conductrices que les conducteurs (76,2% contre 74,5%). Les jeunes sont moins enclins à respecter la priorité au carrefour giratoire (69,3%). En revanche, les personnes âgées de 40 à 60 ans le respectent davantage (76,5%). Là encore, les véhicules de tourisme affichent le taux de respect le plus élevé (78,6%) suivis des autocars et d’autobus (77,1%). En revanche, les conducteurs des petites cylindrées (63,9%) et ceux des taxis (73,7%) affichent les taux de respect les moins élevés.

Ils ne sont que 58% à porter des casques

Sur la route, les conducteurs de motos sont les plus exposés aux accidents. Et pourtant, bon nombre d’entre eux ne portent pas le casque de sécurité. D’après l’étude du CNPAC, seulement 58,3% des conducteurs portent un casque en milieu urbain tandis que 6,9% portent des casques non adaptés et 13,8% portent des casques mais non attachés. Le CNPAC relève que seulement 31,9% des passagers portent effectivement des casques et 4% portent des casques non adaptés. Autre donnée importante à relever : la proportion des femmes portant un casque (49,7%) est nettement inférieure à celle des hommes (58,3%). Les taux de port de casque sont respectivement de 66,1% et de 62,7% pour les «40 à 60 ans» et «60 ans et plus» alors qu’ils ne sont que de 59,9% et 48,5% respectivement pour les classes d’âge «25 à 40 ans» et «16 à 25 ans». Les taux les plus élevés ont été enregistrés chez les conducteurs des «Moyennes cylindrées» (60,8%) et «Grosses cylindrées» (60,4%). On notera que seulement 49,6% des conducteurs des triporteurs portent un casque. En rase campagne, ils sont plus nombreux à porter un casque avec un taux qui atteint 65,1%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *