Eviter une autre affaire Annajat

Mustapha Mansouri, a indiqué que son département a pris une série de mesures pour mettre un terme aux activités des sociétés étrangères qui organisent de manière illégale l’émigration de citoyens marocains.
Répondant mercredi à une question orale à la Chambre des représentants, le ministre a ajouté que pour mettre un terme aux agissements douteux de ces sociétés et pour protéger les citoyens de l’escroquerie, de nouvelles clauses ont été introduites dans les contrats de travail, consistant notamment en l’adoption du modèle de contrat stipulé dans les accords de coopération ou celui convenu avec les autorités du pays concerné.
Parmi ces conditions, figure également la signature du contrat de travail par l’employeur ou celui qui le représente légalement ainsi que par l’employé marocain. Il est en outre stipulé que le contrat de travail doit porter le visa du ministère de l’Emploi du pays d’accueil et la légalisation de ce visa par le ministère des Affaires étrangères du même pays. L’ambassade du Maroc dans ce pays doit, pour sa part, approuver le contrat de travail, tout en gardant un exemplaire.
Le contrat de travail doit enfin être visé par le ministère de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité après s’être assuré qu’il réunit toutes les conditions requises. Mustapha Mansouri a rappelé que la loi 65/99 relative au code du travail, qui entrera en vigueur le 8 juin prochain, a tranché définitivement cette question, puisqu’elle stipule que l’intermédiation en matière d’emploi passe par le biais de services crées à cette effet par l’autorité gouvernementale chargée de l’Emploi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *