Fatimatou : pasionaria et diplomate

Fatimatou : pasionaria et diplomate

Pourtant, rien a priori ne prédisposait cette jeune femme à une carrière de diplomate. Née à Dakhla en 1972 elle a été kidnappée avec toute sa famille en 75. Le Polisario les a ramenés de force à Tindouf. À l’âge de 12 ans, elle va subir une autre atrocité, le Polisario l’arrache à ses parents et l’envoie à Cuba, où elle demeurera jusqu’en 94. Elle soupire avant d’en parler «ils nous ont fait un véritable lavage de cerveau, on en oublie sa langue, sa religion, ses traditions, des cours politiques à outrance pour faire de nous des «cadres», c’est cela «Cuba».
Avec elle, le lavage de cerveau n’a pas fonctionné. Sa famille n’attendait que son retour pour réintégrer le Maroc, car Cuba c’est aussi un moyen de piéger les familles qui ne peuvent abandonner leurs enfants. Revenue en 94 à Tindouf, elle est, 8 mois après, en compagnie de toute sa famille au Maroc.
Licenciée en anglais, elle est polyglotte, les affaires étrangères la
recrutent, sa première affectation à l’étranger est la mission permanente de Genève. Elle y est heureuse « je suis dans mon élément parce que depuis 10 ans je naviguai dans le monde des ONG, là je suis servie ». La diplomate s’efface au profit de la militante. Elle s’enflamme rapidement, son regard change d’expression, il devient plus vif avec un soupçon de tristesse.
Je vois ici les gens du Polisario, ils sont fatigués, il y a 3 groupes, ceux qui veulent rentrer mais qui ne le peuvent pas, ceux qui sont embrigadés au point d’avoir des œillères et les profiteurs ». Les deux premières catégories ont sa compassion, elle a confiance dans la position de son pays et sait que le temps dévoile tout, par contre elle n’a que haine et mépris pour « ceux qui affament les gens dans les camps ». « Les associations humanitaires qui faisaient des dons exigent maintenant d’assurer eux mêmes la distribution après tous les scandales sur les détournements ».
Le regard s’éclaircit, elle reprend son calme et se lance dans sa projection de l’avenir «le Maroc est une démocratie, les Sahraouis participent comme leurs concitoyens à la construction d’un Etat moderne, c’est la démocratie et les droits de l’Homme qui finiront par convaincre tout le monde. La méfiance cultivée par la propagande séparatiste est en train de disparaître».
Comment évalue-t-elle la participation des ONG marocaines cette année. «C’est la plus large participation de l’Histoire avec une visibilité énorme parce qu’elles ont multiplié les actions et les contacts». Elle peut réciter par cœur tout ce qui a été fait, Fatimatou a toujours la fibre ONG, elle en parle avec emphase. Les militants des ONG eux sont heureux d’avoir Fatimatou « elle est très serviable, résout tous les problèmes, connaît tout le monde », vérification faite, elle est effectivement un sésame d’importance. Un haut responsable des A.E. dit d’elle « elle fait, un tabac là-bas ».
Fatimatou est-elle condamnée  à rester Genévoise ?
«J’irai là où je peux être utile à mon pays». Sa fille de 2 ans et demi, son mari, homme d’affaires, subissent le rythme de cette battante, car elle est sur la brèche de manière quasi-permanente. Mais quel que soit le moment de la journée, elle reste égale à elle-même, souriante, disponible même fort entourée . Car cette pasionaria a fait son trou, tous les diplomates la connaissent. Au plus grand bonheur de ses collègues marocains qui ne tarissent pas d’éloges sur elle.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *