Faux f’kihs et vrais escrocs

Faux f’kihs et vrais escrocs

Ont-ils vraiment le pouvoir d’exhumer les trésors ou sont-ce simplement des escrocs ? La Chambre correctionnelle près le tribunal de première instance se penche, en ce jour de février, sur cette question. Toutefois, les quatre mis en cause qui sont au box des accusés ont tout nié. C’est un coup monté, affirment-ils au tribunal. Cependant, le plaignant ne les a jamais connus et n’entretenait aucune relation avec eux. Pourquoi donc a-t-il porté plainte contre eux ? Ce quinquagénaire, père de famille et propriétaire d’une ferme, n’aurait jamais pensé passer son temps dans les couloirs du tribunal uniquement pour plaisanter.
Il était chez lui quand quatre hommes sont venus le chercher. “Oui, c’est bien moi L’haj M’hamed“, a-t-il répondu à l’un d’eux qui s’est présenté devant lui. Il lui a expliqué qu’il est en compagnie de trois autres personnes qui l’attendent un peu plus loin et qu’ils veulent lui parler d’une chose très importante qui ne doit pas être discutée en dehors. L’haj M’hamed a dévisagé la personne qui se tient devant lui. Il est en djellaba blanche et est chaussé d’une paire de babouches grises. M’hamed a hésité à l’inviter.
Seulement, la personne lui a expliqué qu’il est un f’kih, que ses trois autres amis le sont également et qu’ils ne se sont pas venus chez lui par hasard. Ils l’ont rejoint, poussés par une force surnaturelle qui les a conduits jusqu’à chez lui. Il lui a demandé d’appeler ses amis et les a invités à entrer chez lui.
Effectivement, ils les a conduits dans une chambre avant d’aller demander à sa femme de préparer du thé. Après quoi, il a rejoint les quatre hommes qui sont tous en djellabas blanches. De quoi s’agit-il ? L’un des membres du quatuor lui a expliqué qu’ils sont tous des f’kihs, spécialisés dans l’exhumation des trésors gardés par les djinns. Qu’est ce-qu’ils cherchent chez L’haj M’hamed ? Tu disposes d’un grand et important trésor dans ta ferme. C’est un diable qui nous l’a indiqué. Il est enterré et gardé par trois J’noune. Et la solution ? Nous devrons l’exhumer et partager le magot. L’haj M’hamed leur a demandé de lui accorder un peu de temps jusqu’au lendemain pour leur répondre. Lorsqu’ils sont retournés chez lui, il leur a donné son accord. Et la nuit, ils ont commencé le travail. Ils sont allés dans un coin de la ferme et ont commencé à psalmodier et à creuser la terre. Les minutes passent et les quatre personnes continuent à creuser et à psalmodier. Deux heures plus tard, l’un d’eux s’est penché pour mettre la main sur une statuette en ciment. “Ce n’est qu’un échantillon de ce qui se trouve à l’intérieur…Il faut creuser jusqu’à l’aube“, explique l’un des f’kihs à M’hamed. Ce dernier l’a interrogé sur le trésor. Il lui a répondu qu’une partie se trouve au coeur de la statuette en ciment. Ils ont continué à creuser jusqu’à un moment précis. Ils ont arrêté le travail. Pourquoi ? “Il nous faut de l’encens…C’est le diable qui l’a demandé“, affirme l’un des quatre hommes à L’haj M’hamed avant de lui demander de leur verser une somme de 10 mille dirhams pour en acheter. L’haj M’hamed leur a demandé de patienter jusqu’au lendemain dans l’après-midi. Cependant, il a commencé à réfléchir durant toute la nuit à ces quatre f’kihs, à leur histoire de trésor et aux 10 mille dirhams. Des questions qui lui ont hanté l’esprit jusqu’au matin. Pour s’en débarrasser, il a décidé d’alerter les éléments de la Gendarmerie royale. L’après-midi, les quatre f’kihs se trouvaient dans la geôle des gendarmes qui les ont conduits devant la Chambre correctionnelle. Bien qu’ils aient nié les charges retenues contre eux, ils ont été condamnés à trois ans de prison ferme chacun.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *