Fès : intoxication dans un hôpital

Fès : intoxication dans un hôpital

Les événements se sont enchaînés très rapidement. Peu de temps après le déjeuner, les premiers symptômes apparaissent. Les infirmiers assurant la garde au service des urgences, au service de médecine, de pédiatrie et d’endocrinologie ainsi que d’autres personnes du personnel de l’hôpital se plaignent alors de maux de ventre, de nausées, de frissons et de vomissements.
L’alerte avait été donnée vers 13h  par le personnel paramédical de l’établissement lorsque la première personne avait présentée des troubles digestifs. Ces symptômes ont été observés après avoir consommé le déjeuner, composé de poulet et de salade de tomates. «Comme d’habitude, j’ai pris mon déjeuner avec les autres collègues.
Quelques minutes après, j’ai senti des douleurs au niveau du ventre et des frissons. Puis, j’ai commencé à vomir», affirme Rachida Chergui, l’une des victimes de cet incident. Et d’ajouter : «Je n’étais pas la seule à souffrir. Les mêmes signes et symptômes ont été observés chez d’autres personnes».
En total, dix-huit cas ont été intoxiqués. Deux autres cas ont été enregistrés jeudi matin. Les signes de troubles digestifs se sont manifestés vers la soirée du mercredi. Ainsi, le bilan des victimes de cette intoxication est désormais de 20 personnes.
Rapidement, les personnes intoxiquées ont reçu les premiers soins sur place. Les victimes sont rentrées chez eux après avoir été soignées et suivent leur traitement à domicile.
Selon des sources médicales de l’hôpital, l’état d’un seul intoxiqué s’est aggravé jeudi et il est désormais soumis à une surveillance constante.
Depuis plus de quatre ans, les repas à l’Hôpital Ibn Al Khatib de Fès sont fournis par un prestataire privé. La nourriture présentée par ce dernier est pointée du doigt.
Les analyses en cours devraient permettre de déterminer l’origine toxicologique de cette intoxication alimentaire collective (chimique ou bactérienne). Le bureau du syndicat CDT des médecins de Fès a dénoncé à maintes reprises la qualité des repas fournis par cette société privée. «C’est malheureux ! Les repas sont médiocres en termes de qualité et de quantité. Nous avons déjà avisé la direction de l’hôpital. Il y avait plusieurs cas d’intoxication alimentaire mais individuels.
Mais, la direction de l’hôpital défendait toujours l’entreprise prestataire. La situation actuelle est plusque dramatique. C’et une intoxication alimentaire collective», s’indigne Mustapha Bouaouda, médecin au service des urgences et membre du bureau du syndicat CDT des médecins de Fès. « Nous n’allons pas rester les bras croisés. Le bureau va se réunir et décider des actions prochaines à mener pour résoudre le problème.», ajoute-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *