Formation des imams : Le Maroc partage son expérience avec les pays amis

Formation des imams : Le Maroc partage son expérience avec les pays amis

Des centaines d’étudiants étrangers provenant d’Afrique mais également d’Europe sont formés au Royaume

De nombreux pays sont intéressés par la démarche marocaine qui consiste à promouvoir un islam ouvert et tolérant capable de contrer les idées radicales.

Le Maroc a fait très tôt le choix de contrer la pensée et les tendances intégristes sur le champ religieux. C’est dans le cadre d’une stratégie plus globale que le Royaume lutte contre les discours de la haine et de l’obscurantisme. Pour ce faire, les responsables au Maroc ont fait le pari de la formation, notamment des imams. Ces derniers sont aujourd’hui en première ligne contre les réseaux extrémistes. Ainsi, l’Etat a fait de la formation des imams et des prédicateurs l’un des fondements de sa stratégie. Alors que cette méthode commence à donner des résultats satisfaisants, le Royaume a choisi de partager cette expérience. En effet, de  nombreux pays sont intéressés par la démarche marocaine qui consiste à promouvoir un islam ouvert et tolérant capable de contrer les idées radicales. Plusieurs pays africains ont déjà signé des accords avec les autorités marocaines pour la formation d’imams originaires de ces pays au Royaume.

Pour les responsables, la lutte contre le terrorisme ne se limite pas à l’approche sécuritaire mais elle concerne également les domaines religieux et éducatif, notamment la formation des imams. Cette mission est confiée au Maroc à plusieurs établissements et principalement l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams. Dans cette structure inaugurée en 2015, des étudiants marocains reçoivent côte à côte la même formation avec d’autres étudiants guinéens, des ivoiriens, des Maliens mais également des tunisiens et des français. En 2014 et 2015, sur les 697 étudiants inscrits (hommes et femmes), l’institut comptait 447 étrangers originaires du Mali (112), Guinée-Conakry (100), Côte d’Ivoire (100), Tunisie (37) et la France (23). C’est un accord conclu entre le Royaume et le Mali en 2013 qui a ouvert le bal devant cette coopération religieuse.

Depuis cette date des accords bilatéraux similaires avec plusieurs autres pays ont suivi. Plus concrètement, les candidats étrangers à l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams reçoivent une formation de deux années prises en charge par le Maroc. Cette prise en charge englobe les études, l’hébergement, la nourriture ainsi qu’une bourse mensuelle d’environ 200 euros. Les étudiants suivent des cours couvrant un large éventail de disciplines religieuses (sciences coraniques; histoire de l’islam; histoire universelle; histoire des religions; langue et littératures arabes ; questions sociales; communication; opinion publique et médias; informatique…). Ce n’est pas tout. L’Institut Mohammed VI a décidé d’intégrer dans ses programmes un volet de formation professionnelle pour permettre aux candidats étrangers de s’insérer plus facilement dans la vie professionnelle une fois de retour dans leurs pays respectifs.

Le Maroc espère ainsi perpétuer une tradition ancienne d’échanges des savoirs religieux et spirituels avec les étudiants venus des autres pays du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne comme ce fut le cas durant des siècles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *